Menu global

Autres organisations pour la flore

Français
Pomme de mai (Podophyllum peltatum), une plante rare du Québec.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

American Association of Botanical Gardens and Arboreta (AABGA)

Fondée en 1940, cette association de jardins botaniques et d'arboretums regroupe près de 500 institutions partout en Amérique, non seulement au Canada et aux États-Unis, mais aussi au Mexique, au Costa Rica, dans les Îles Vierges, etc.

L'AABGA travaille en étroite collaboration avec le Réseau canadien pour la conservation de la flore et s'est donnée comme mission d'aider les jardins nord-américains à étudier, exposer et conserver des collections de plantes vivantes.

L'AABGA produit différentes revues dont The Public Garden ainsi que des publications techniques qui visent à être des outils de travail pour les jardins botaniques, et organise des rencontres annuelles et régionales entre les jardins membres. Un comité sur la conservation de la flore en Amérique du Nord est inscrit dans les activités régulières de l'association.

Réseau canadien de conservation de la flore - Canadian Botanical Conservation Network (CBCN)

Créé en 1994, cet organisme à but non lucratif est né suite à une idée du Botanical Conservation Office des Royal Botanical Gardens de Hamilton, en collaboration avec plusieurs partenaires dont Environnement Canada.

L'objectif du Réseau est d'apporter de l'aide à toute organisation (jardin botanique, arboretum, université, agence gouvernementale ou autres) désirant participer à la conservation in situ et ex situ de la flore ou à tout autre programme de conservation de la biodiversité végétale.

Le Réseau sert également à développer les liens entre les jardins botaniques du Canada et du monde, et entre les jardins et les autres organismes nationaux et internationaux de conservation. Il participe aussi à l'éducation du public en créant du matériel éducatif visant à augmenter la conscience environnementale, spécialement en ce qui concerne l'importance de la diversité végétale.

De plus, le Réseau participe à différents projets et recherches favorisant l'application de la Stratégie canadienne de la biodiversité et de l'Agenda international pour la conservation dans les jardins botaniques de BGCI.

En aidant à la communication, l'éducation et la recherche, le Réseau canadien pour la conservation de la flore aide à promouvoir la conservation des espèces rares ou en danger, des espèces importantes des points de vue tant culturel qu'historique ou économique des écosystèmes et des habitats dans lesquels on retrouve ces espèces.