Blogue

Architectes de nature

camouflage
  • camouflage
  • nids de cassique
  • Terrier de renard
  • Photo aérienne de la tanière d’un renard arctique
Architectes de nature

On voit souvent dans les contes des animaux qui agissent comme nous et qui vivent dans des maisons. Bien que ce serait fort sympathique, ce n’est pas tout à fait comme cela qu’ils s’abritent en réalité.

Dans la nature, les animaux font preuve de bien plus d’originalité que nous lorsqu’ils utilisent les matériaux qu’ils ont à leur disposition. Un abri servira à les protéger des prédateurs et des intempéries ou encore pour y vivre en société. Par exemple, certaines fourmilières sont de véritables cités souterraines élaborées : elles comportent des routes principales et secondaires menant aux différentes chambres aménagées. De nombreux maires pourraient sûrement être jaloux de ces réseaux routiers intelligents.

Le rusé jardinier

Certains animaux sont considérés comme des ingénieurs d’écosystèmes parce que leurs activités modifient fortement leur environnement. Dans ce domaine, on connait bien le castor, qui est un expert en création de milieux humides à la suite de la construction de son barrage. Un autre exemple d’espèce-ingénieure est le cas des renards arctiques, qui créent de magnifiques jardins dans la toundra. En effet, grâce à leurs excréments et aux restes de proies qu’ils ramènent à leur tanière, ces renards enrichissent le sol autour de leur abri et permettent qu’il y pousse jusqu’à trois fois plus de végétation qu’ailleurs. Ces petites oasis attirent ainsi une foule d’animaux et augmentent la biodiversité de cet écosystème aride qu’est la toundra.

Puisqu’il est difficile de creuser dans le pergélisol, certaines tanières sont réutilisées pendant plus d’une centaine d’années! Elles s’améliorent donc d’une génération à l’autre et deviennent très adaptées.

Savoir profiter du hamac

Certains oiseaux savent brillamment déjouer les prédateurs affamés. C’est le cas du cassique de Montezuma, un volatile majestueux d’Amérique Centrale qui a la taille d’une corneille. La femelle tisse un nid ayant la forme d’un hamac allongé, au fond duquel les œufs reposent, sur un lit de feuilles mortes. Cette maison suspendue peut mesurer jusqu’à deux mètres de longueur! L’entrée se trouve sur la section du haut, rendant l’accès difficile pour les intrus. Loin d’avoir une «cervelle d’oiseau», ces cassiques!

L’animal invisible, ou pas!

Cependant, ce ne sont pas tous les animaux qui se donnent tout ce mal. Certains n’ont même pas besoin d’abri! L’évolution a plutôt misé sur un bon camouflage qui les fait passer inaperçus, du moins la plupart du temps... À l’opposé, certaines espèces arborent des couleurs vives et très voyantes pour montrer leur toxicité et éviter de devenir le repas d’un autre. Toutes les stratégies sont bonnes!

Heureusement que les animaux ne vivent pas comme nous dans des maisons carrées! Ils peuvent nous inspirer et nous émerveiller avec leurs constructions ingénieuses qui prennent toutes sortes de formes.

  

Envie d’en savoir plus sur les abris d’animaux?
La nature pour toit
Cette année, les experts du Biodôme et de l’Insectarium vous proposent un parcours jalonné d’abris d’animaux… chacun construit à échelle humaine. Cette expérience de parcours immersif vous fera découvrir six structures originales, inspirées de créations de mammifères, d’oiseaux et d’insectes québécois.
Site du Jardin botanique
Jusqu’au 3 septembre 2018

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous