Blogue

Boiriez-vous l’eau de votre déshumidificateur?

Condensation sur bouteille d'eau - License GNU Free Documentation Licence
Boiriez-vous l’eau de votre déshumidificateur?

Extraire l’eau de l’humidité de l’air pour accéder à de l’eau fraîche, c’est boire l’eau de l’air!

De la toile d’araignée à la machine sophistiquée

Les premiers projets efficaces de récupération d’eau à partir de l’air ambiant étaient fort simples, ils consistaient à placer des panneaux dans le brouillard. Une condensation se formait sur les surfaces, puis l’eau était récupérée au bas des panneaux par un système de gouttières puis stockée dans un réservoir. Cette pratique est fortement inspirée de la façon dont les toiles d’araignées se couvrent de gouttes de rosée du matin. Il s’agit là d’un système passif ne nécessitant aucun apport énergétique, peu coûteux, mais qui n’est efficace que lorsque l’air est saturé de vapeur d’eau. Des systèmes utilisant les radiations solaires ont su démontrer leur efficacité dans des milieux plus secs. Ceux-ci fonctionnent un peu comme des fenêtres entre lesquelles la condensation se forme parfois, sous l’intensité des rayons du soleil. Les systèmes actifs de récupération de l’eau de l’humidité sont plus connus. Ils sont très efficaces, mais énergivoresce qui rend difficile leur utilisation comme système d’approvisionnement en eau. Le récupérateur d’eau le plus connu est le déshumidificateur d’air.

Et votre déshumidificateur?

L’eau du déshumidificateur est déminéraliséeet n’a aucune valeur nutritive, l’eau ainsi récupérée ne peut pas être bue et n’est pas recommandée pour arroser les plantes qui ont besoin des minéraux de l’eau. De plus, elle comporte des risques de contamination qui peuvent provenir principalement des deux sources suivantes :

  • L’eau peut contenir des traces de métal (généralement du plomb) provenant des soudures des composantes en contact avec l’eau. Ce même risque est aussi existant dans les bâtiments ayant une vieille plomberie ;
  • La stagnation de l’eau dans le réservoir favorise le développement d’organismes pathogènes.

L’eau de votre déshumidificateur serait toutefois idéale pour votre fer à repasser.

Une solution d’avenir

Aujourd’hui, les procédés de captage de l’humidité de l’air ont beaucoup évolué. En 2009, un groupe de recherche allemand a développé un système actif de captage énergétiquement autonome qui fonctionne à l’énergie solaire. Il semblerait que ce système soit aussi efficace dans le désert! Et oui, même dans la région la plus aride du désert du Sahara, l’air contient de l’eau, surtout la nuit. L’humidité relative n’y est pas nulle, elle varie entre 4 et 20 % en été, alors qu’à Montréal pour la même période, l’humidité relative oscille généralement entre 55 et 60 %.

Le procédé est le suivant : une solution saline absorbe l’humidité ce qui permet d’emmagasiner de l’eau. Grâce à des bouilloires solaires, l’eau est séparée de la solution saline par évaporation. L’eau est ainsi récupérée dans des réservoirs et la solution saline est réutilisée pour recueillir encore plus d’eau. Comme dans bien des enjeux environnementaux, il n’y a pas de solution unique, mais plutôt un ensemble de solutions adaptées qui lorsque mises ensemble peuvent avoir un impact positif majeur. Cette nouvelle technologie de captage de l’eau de l’air fera peut-être partie des solutions d’avenir pour régler des problèmes d’approvisionnement en eau dans certaines régions du monde. Toutefois, bien que ce nouveau système soit destiné à produire de l’eau potable, l’information disponible semble démontrer qu’il produit une eau distillée, tout aussi déminéralisée que celle d’un déshumidificateur, d’où la question : boiriez-vous l’eau de votre déshumidificateur? C’est à suivre. Pour plus d’informations sur le sujet :

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous