Blogue

Comment choisir le bon poisson ou fruit de mer à l’épicerie?

Poisson
Comment choisir le bon poisson ou fruit de mer à l’épicerie?

Le saviez-vous? Les choix que vous faites à la poissonnerie influencent la santé de notre planète.

Imaginez si tous les clients de votre épicerie ne choisissaient qu’une seule sorte de poissons ou de fruits de mer... Que commanderait le poissonnier à ses fournisseurs? Une seule espèce, pour avoir moins de pertes. Les bateaux de pêche ne rechercheraient alors que l’espèce demandée, ce qui augmenterait la pression sur cette population, menaçant sa survie et créant un déséquilibre dans l’écosystème.

Deux gestes simples à faire : varier nos choix de poissons et préconiser les produits où est apposé l’un des logos « pêche durable » ou « aquaculture durable ». Ensuite, pour aller plus loin, questionnez votre poissonnier pour vous aider à faire des choix judicieux :

L’espèce a-t-elle été pêchée ou élevée dans l’est du Canada?

Les lois et les règlementations protègent les espèces et l’habitat en imposant des normes et des quotas aux pêcheurs canadiens, ce que ne font pas certains pays. La traçabilité du produit est alors importante pour connaître la provenance de votre poisson. De plus, acheter localement permet de réduire les émissions de GES. Deux bonnes raisons pour choisir une espèce de l’Est du Canada.

Si l’espèce est pêchée, est-elle menacée?

La pêche constante d’une espèce à statut précaire diminue ses chances de se rétablir et met en danger l’équilibre des écosystèmes.

La méthode de pêche a-t-elle un impact négatif sur l’habitat?

Évitez les espèces qui ont été capturées par des engins qui raclent ou perturbent les fonds marins.

Cette méthode génère-t-elle beaucoup de captures accidentelles?

Certains engins de pêche capturent d’autres espèces en plus de leur prise habituelle, même si elles ne seront pas consommées. Ceci peut entraîner leur déclin.

Si l’espèce est élevée, est-ce qu’elle provient d’un mode d’élevage durable?

Au même titre que les pêches commerciales, l’aquaculture est sous règlementation et d’énormes progrès ont été réalisés. Encore là, tout n’est pas blanc ou noir dans les élevages en milieux fermés ou en milieu naturel. Beaucoup d’éléments peuvent avoir un impact. On favorisera une espèce locale plutôt qu’exotique, qui pourra se nourrir, du moins en partie, de protéines végétales. Comme la recherche avance rapidement dans ce domaine, la meilleure façon de continuer à aider notre planète est de s’informer régulièrement.

Nous détenons le pouvoir!

Réalisez le pouvoir que vous détenez en faisant votre épicerie. Renseignez-vous régulièrement pour faire de meilleurs choix. Questionnez votre poissonnier : il exigera de ses fournisseurs ce que les consommateurs demandent... le meilleur pour notre planète!

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous