Blogue

Des crottes qui en ont long à dire

D’une forme cylindrique typique, les crottes des félins renferment souvent des poils et de petits os. Ces crottes de cougar contiennent des poils blancs appartenant probablement à une chèvre de montagne. Provenance : Colombie-Britannique
Credit: Wikimedia (Jason Hollinger)
Crottes de cougar
Des crottes qui en ont long à dire

Tout animal génère des déchets qu’il libère sous forme d’urine et de fèces. Les aliments non digérés sortent sous forme d’excréments, riches en bactéries et souvent recouverts de mucus. Les fèces contiennent également des cellules détachées de la paroi intestinale, dont l’ADN révèle l’identité de l’animal.

Pour chaque espèce : une forme et une taille

Les carnivores ont des excréments cylindriques en forme de cordons. Ils renferment souvent des plumes, des poils ou des os. Le renard roux a des crottes minces et allongées. L’extrémité se termine en fine pointe, signe que le renard se serre les fesses en terminant son dépôt! Chez les félins comme le lynx, la forme cylindrique comporte des ondulations et montre que la crotte ne sort pas d’un seul trait, mais par petites pulsions. Chez les insectivores, comme les hérissons, les excréments renferment des restes d’insectes, car la chitine de la carapace est indigeste.

Chez les herbivores, les crottes sont plus ou moins sphériques. Des particules végétales y sont généralement encore visibles. De plus, à grosse crotte, gros animal; à petite crotte, petit animal.

Pour le naturaliste, les crottes permettent de dresser le portrait de la faune locale. L’analyse de l’ADN permet non seulement d’identifier l’individu, mais aussi d’évaluer son territoire et les relations qu’il entretient avec celui-ci et ses voisins.

De la visite au banquet

Les excréments renferment encore des ressources nutritives. Chez les carnivores, la digestion est très efficace et leurs crottes ont une faible valeur nutritive. Seules les bactéries et les moisissures s’y attardent. Chez les herbivores, c’est différent. Les crottes contiennent beaucoup de restes végétaux et de nombreux animaux vont s’en régaler. En mangeant les petits fruits qui poussent dans les arbres, l’ours noir rend leurs graines accessibles aux tamias qui ne peuvent normalement grimper et les atteindre. Dans les champs, on observe les étourneaux sansonnets picorer les bouses des vaches, à la recherche de larves issues de la ponte de certains insectes comme les bousiers.

Tous ces organismes qui se nourrissent d’excréments participent au recyclage de la matière. Par exemple, les crottes des carnivores comme le loup contiennent des morceaux d’os et enrichissent le sol en phosphate. Les animaux qui défèquent souvent au même endroit fertilisent la terre et favorisent la croissance d’une végétation plus luxuriante.

Les crottes sont plus que des déchets. Elles sont de véritables « cartes d’affaires » que les animaux laissent derrière eux. Apprendre à les lire nous renseigne énormément sur la vie des animaux qui nous entourent.

À ne pas manquer au Biodome cet été!

Histoires de crottes, du 18 juin au 5 septembre.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous