Blogue

Des plantes dans la pharmacie

Infusion de rhodiola
Des plantes dans la pharmacie

Aux prises avec le rhume ? Pourquoi ne pas essayer une décoction d’échinacée, de thym ou de thé du Labrador ? En manque d’énergie ? Un peu de ginseng d’Amérique ou de rhodiola recharge les batteries. Problèmes de foie ? Les graines de chardon-Marie viennent à la rescousse.

De tout temps, les hommes se sont tournés vers les plantes pour se nourrir, se vêtir, mais aussi se soigner. Les Premières Nations ne sont pas en reste, et le botaniste chercheur au Jardin botanique, Alain Cuerrier, travaille avec elles pour s’assurer que ce savoir ne disparaisse pas.

En effet, ce bagage est menacé au passage de chaque génération. « Comme ces connaissances étaient attachées à un système spirituel plus large, les missionnaires ont eu tôt fait de les balayer du revers de la main. Et, par la suite, la science, qui s’est souvent présentée comme seule porte d’accès au savoir, n’y a pas accordé le crédit qu’elles méritaient. »

Pourtant, pour Alain Cuerrier, il ne fait pas de doute que les végétaux ont leur place dans l’éventail de nos soins. « Chez les Cris, on a trouvé des plantes qui aidaient à traiter les symptômes du diabète, explique-t-il. Et de récentes études ont montré que l’armoise annuelle, utilisée par les Chinois contre la fièvre, était efficace pour combattre la malaria. »

Si les plantes peuvent guérir, il ne faut pas non plus s’attendre à des miracles. « Il faut patienter quelques jours, voire quelques semaines, pour que les effets se mettent en place. » Il n’est donc pas question de remplacer la médecine, mais plutôt de la compléter.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous