Blogue

Espace pour la vie : reconnecter l’humain à la nature

Carte Espace pour la vie
Credit: Espace pour la vie
Carte Espace pour la vie
  • Carte Espace pour la vie
  • Visiteurs à l'Insectarium de Montréal
  • Visite de la Cour des sens au Jardin botanique
  • Migration du Biodôme
  • Visiteurs au Planétarium Rio Tinto Alcan
Espace pour la vie : reconnecter l’humain à la nature

Les travaux pour mener à bien la Migration du Biodôme démarrent bientôt. Ce projet est le résultat d’un concours d’architecture international, lancé en 2014 et remporté par le consortium montréalais KANVA + NEUF architect(e)s + Bouthillette Parizeau + NCK. Il est l’incarnation de la vision portée par Espace pour la vie, laquelle est ancrée dans des valeurs défendues depuis plus de 85 ans.

Ces dix dernières années, Espace pour la vie a accueilli quelque 2 millions de visiteurs chaque année, se révélant comme le plus grand complexe en sciences de la nature au Canada.

Espace pour la vie conjugue les expertises des artisans du Biodôme, de l’Insectarium, du Jardin botanique et du Planétarium Rio Tinto Alcan. Personnels en charge des collections, de la recherche, de l’éducation, de la diffusion, tous travaillent, ensemble, avec une même intention : accompagner l’humain pour qu’il vive mieux la nature.

On peut affirmer que la genèse d’Espace pour la vie remonte à 1931, à la création du Jardin botanique. Dès lors, ses fondateurs, le frère Marie-Victorin et Henry Teuscher, avaient innové en dotant celui-ci d’une mission sociale et éducative, en plus de sa mission scientifique. En témoigne cette citation extraite du Jardin botanique idéal, d’Henry Teuscher : « Le Jardin botanique de l’avenir a une grave tâche à accomplir en aidant le citadin déraciné à retrouver ou à conserver le lien salutaire avec la nature dont, après tout, il fait partie. »

Ainsi, cette idée de reconnecter l’humain à la nature s’est déployée à travers le temps, devenant une évidence. Elle s’est intégrée naturellement dans la mission du Planétarium (1966), de l’Insectarium (1990) et du Biodôme (1992), scellant de facto la trajectoire de ces musées.

Espace pour la vie est donc bâti sur l’histoire singulière des entités qui le composent, sur leur crédibilité, leur engagement, leur savoir-faire et leur notoriété ; des musées à saveur unique, avec de fortes complémentarités ; des musées qui partagent une même vision. Ensemble, ils présentent un portrait plus complet de la nature, un message dont l’impact est bien plus vaste.

À Espace pour la vie, la Ville de Montréal réalise un projet sociétal qui vise à positionner la métropole comme porte-étendard d’un vaste mouvement en faveur de la biodiversité ; un appel à la mobilisation des citoyens.

Espace pour la vie a choisi une approche spécifique pour toucher le plus grand nombre : offrir une expérience forte et unique de la nature, conjuguant sciences, arts et émotions.

De grands gestes traduisent notamment cette façon de faire. Après la réalisation du Centre sur la biodiversité au Jardin botanique, en collaboration avec l’Université de Montréal (2011) et le Planétarium Rio Tinto Alcan (2013), certifié LEED Platine, et la Migration du Biodôme, qui débute ces jours-ci, les artisans d’Espace pour la vie travaillent sur la mise en œuvre de la Métamorphose de l’Insectarium et du Parcours des phytotechnologies au Jardin botanique.

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous