Blogue

La comète ISON n’est plus

Clichés de la comète ISON pris par le satellite SOHO
Credit: © SOHO/ESA/NASA
Clichés de la comète ISON pris par le satellite SOHO
La comète ISON n’est plus

Ce que les spécialistes redoutaient s’est finalement produit : le noyau de la comète ISON s’est complètement désintégré lors de son passage au ras de la surface du Soleil, le 28 novembre dernier. Du même coup, les espoirs des astronomes de voir une comète brillante dans le ciel de décembre se sont évanouis. La comète ISON aura décidément tenu les astronomes en haleine. Au cours des heures précédant son passage au périhélie, elle montrait déjà des signes de détresse. La tête de la comète, qui avait connu un regain de brillance, s’est mise à faiblir et à s’allonger, tandis qu’elle laissait derrière elle une importante traînée de débris. En même temps, la production de gaz de la comète avait presque complètement cessé, indiquant que tous les composés volatils du noyau s’étaient évaporés — vraisemblablement après s’être disloqué quelques jours auparavant.

Lueur d’espoir?

Après son plongeon dans l’enfer solaire, coup de théâtre : quelque chose de relativement brillant semblait être ressorti de l’autre côté! Un fragment important du noyau aurait-il survécu après tout? Mais au bout de quelques heures, ce nouvel espoir était anéanti lui aussi : ce résidu du noyau s’est dissipé à son tour. Il ne reste plus qu’un nuage de débris qui voyagent ensemble sur l’orbite de la comète, mais qui se dispersent peu à peu.

Satellite Soho : comprendre la trajectoire de la comète ISON

L’image ci-dessus est une superposition de quelques clichés montrant l’évolution de la comète sur quatre jours, du 27 au 30 novembre 2013 inclusivement, autour de son passage près de la surface du Soleil. Ils ont été captés par le satellite SOHO, qui étudie notamment les éruptions et le vent solaire. Un dispositif bloque l’intense lumière de la surface du Soleil, créant une sorte d’éclipse artificielle qui permet de voir la structure de la couronne solaire et même des étoiles faibles à quelques degrés seulement de notre étoile! Le cercle blanc au centre indique la taille et la position du Soleil. Une animation complète est disponible sur le site Webdu satellite SOHO. À présent, la comète aurait déjà dû être visible à l’aube. Les astronomes amateurs se sont mis à l’œuvre au cours des dernières nuits, scrutant avec télescopes et caméras ultra-sensibles l’orbite d’ISON à la position où la comète devrait se trouver. Sur leurs images, pas la moindre tache floue n’apparaît. Le verdict est clair : il ne reste plus rien de significatif de la comète. Le célèbre télescope Hubble ciblera lui aussi cette position au cours des prochains jours à la recherche du fantôme d’ISON, dès que celui-ci se sera suffisamment écarté du Soleil. Malgré tout, les spécialistes sont heureux d’avoir pu observer la comète ISON dans son plongeon de la mort. Ils ont accumulé des quantités phénoménales de données, qu’ils analyseront au cours des prochains mois. À quand la prochaine comète spectaculaire, en terme de visibilité à l’œil nu? Impossible à prévoir, malheureusement. Ce sera nécessairement une nouvelle découverte, car aucune comète connue à l’heure actuelle n’a le potentiel de nous offrir une prestation digne des grandes comètes de l’Histoire — hormis peut-être la célèbre comète de Halley, qui nous rendra à nouveau visite… en 2061!

À lire également

   

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous