Blogue

Le Grande-gueule, un sujet d’étude pour contrer l’ostéoporose?

Grande-gueule
Le Grande-gueule, un sujet d’étude pour contrer l’ostéoporose?

Le Grande-gueule  et les poissons de l’Antarctique en général sont des espèces démontrant une sténothermie prononcée et des adaptations uniques à l’environnement Antarctique. En rafale, le Grande-gueule se distingue par : l’absence d’hémoglobine, un cœur et volume sanguin 3 à 4 fois supérieurs, des branchies surdimensionnées, une tolérance au gel, un métabolisme corporel réduit et cette peau si mince qu’elle participe accessoirement à la respiration. Nous avons capturé un total de 23 spécimens de Channichthydaeaptes à la reproduction… je ne peux m’empêcher de me questionner sur la valeur monétaire de ces poissons et réflexe culinaire oblige, ce qu’ils peuvent bien goûter.

Intégration à l’équipe des « fish people »

L’arrivée à la station Palmer a été mouvementée. Les poissons ont dû être rapidement transférés aux bassins d’élevage afin de bénéficier de meilleures conditions de captivité.  À ma descente du navire, je rencontre pour la première fois, mon collègue Thomas Desvignes, post-doctorant de l’Université de l’Oregon avec qui je partagerai mon quotidien, quelques verres et de magnifiques photos. Thomas nous présente les différents projets en cours, le « qui fait quoi, où et pourquoi » et le modus operandi.  J’apprends rapidement que le personnel de la station surnomme les physiologistes les « fish people ».   L’intégration doit être rapide et je prépare mes interventions selon le plan initial en laissant de la place à l’opportunisme scientifique et l’instinct curieux.  La « fish people » en moi va se plaire ici, c’est certain!

De l’ostéoporose au vieillissement cellulaire, le Grande-gueule est un sujet d’étude très prisé.

Outre l’étude des effets des changements climatiques sur l’embryogenèse, l’équipe s’intéresse aux mécanismes du développement osseux chez le Grande-gueule qui en l’absence de vessie natatoire a développé des mécanismes entraînant l’augmentation de la  porosité des os et ainsi une élévation de flottabilité leur permettant l’exploitation de la colonne d’eau. L’étude de ce qui est altéré ou modifié dans la formation des os, peut contribuer profitablement à mieux comprendre l’ostéopénie c.-à-d. une baisse graduelle de la densité de l’os,  qui mène à l’ostéoporose, soit la fragilisation des os du squelette chez les humains. L’autre groupe de « fish people » issu de l’Université de l’Alaska tente de déterminer s’il y a un avantage à être un poisson sans hémoglobine (Hb-) et myoglobine (Mb-). En effet, la présence de pigments pour le transport de l’oxygène dans le sang et les muscles (Hb et Mb) est paradoxalement associée à la production de radicaux libres qui à long terme endommagent les constituantes biologiques.  Le corps se protège à son tour, mais inexorablement, il y a vieillissement cellulaire.  

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous