Blogue

Le jardinier écoresponsable - Contrôler les herbes indésirables

Pissenlit (taraxacum) © cc Flickr (Simon-And-You)
Le jardinier écoresponsable - Contrôler les herbes indésirables

L’élimination d’herbes indésirables fait partie du quotidien du jardinier écoresponsable. Ces herbes semblent toujours trouver moyen de pousser là où on ne les veut pas. En plus, elles absorbent une partie des éléments nutritifs du sol dont nos plantes florales et nos végétaux ont besoin. Mais comment s’en débarrasser sans perturber le jardin?

Un pensez-y-bien : les herbicides

Les herbicides ne font pas que tuer les herbes indésirables : ils peuvent être nocifs pour les autres organismes vivants. Les herbicides peuvent être :

  • irritants,
  • néfastes à la faune aquatique,
  • ou même, cancérigènes.

Le principe de précaution s’impose, d’autant plus qu’il est possible d’éradiquer la plupart des mauvaises herbes sans avoir recours aux herbicides.

Quelques conseils

Quelle que soit la méthode choisie, rappelez-vous que :

  • les herbes indésirables dépérissent en l’absence de lumière;
  • il faut les éliminer avant qu’elles ne produisent des graines.

Les techniques

Arrachage manuel

La meilleure façon de détruire une mauvaise herbe est de l’arracher manuellement, en extirpant le maximum de racines, ce qui est plus facile lorsque le sol est humide et friable. Les arrache-pissenlits – munis de pinces en acier au bout d’un long manche – sont très efficaces pour enlever les mauvaises herbes qui forment des rosettes de feuilles (pissenlit et plantain).

Faux semis

Cette technique consiste à préparer le sol et à laisser germer les herbes indésirables pour les détruire avant de réaliser un semis ou une plantation. Pour obtenir de bons résultats, préparez le sol quelques semaines à l’avance, par temps chaud et humide. Vous pouvez même irriguer et couvrir le sol d’un plastique transparent pour stimuler la germination des mauvaises herbes. Semez dès que les indésirables ont été éliminées.

Barrière physique

Une bordure en métal ou en plastique peut contrôler certaines mauvaises herbes qui s’étalent grâce à leurs tiges souterraines (rhizomes). Pour être efficace, cette barrière doit pénétrer les 15 à 20 premiers centimètres du sol.

Paillis

Une bonne épaisseur de paillis organique peut inhiber la croissance des mauvaises herbes. Évitez d’enfouir le collet des plantes et désherbez avant d’installer le paillis. Arrachez les mauvaises herbes manuellement lorsqu’elles traversent le paillis.

Binage

Effectué régulièrement, il est utile pour éliminer les jeunes plants de mauvaises herbes. Idéalement, binez lors d’une journée ensoleillée, quand la surface du sol est sèche, afin que les mauvaises herbes ne puissent s'enraciner à nouveau. Évitez de biner trop souvent, car cela peut assécher le sol. Portez attention aux racines des plantes potagères et ornementales.

Traitement thermique

On trouve sur le marché des appareils munis d’un chalumeau, qui permettent de brûler les mauvaises herbes poussant entre les pavés ou en bordure de trottoir. Inutile de calciner les indésirables : passez la flamme au-dessus de la plante jusqu’à ce qu’elle se décolore, sans brunir complètement. Cette méthode est efficace sur les jeunes plants d’annuelles; les vivaces peuvent demander plusieurs interventions. Elle peut aussi servir à détruire les mauvaises herbes dans les allées qui séparent les légumes ou les semis de légumes non encore germés.

Lutte biologique

L’utilisation délibérée d’un organisme vivant (champignon, bactérie, etc.) pour contrôler les mauvaises herbes est peu commune. Il existe toutefois un herbicide granulaire (Sarritor), élaboré à partir d’un champignon pathogène (Sclerotinia minor), qui peut éradiquer les pissenlits dans la pelouse. Appliquez ce produit lorsque la température de jour se situe entre 18 et 24 oC, et arrosez la pelouse par temps sec. La plupart des plantes à larges feuilles pourraient être affectées : soyez prudent en utilisant ce produit près des platebandes d’annuelles et de vivaces. Ce champignon peut également détruire le trèfle.

Herbicides à faible impact

Ils sont moins toxiques que la majorité des herbicides de synthèse. C’est le cas des produits à base d’acide acétique et d’acides gras, qui sont des herbicides de contact non sélectifs, agissant, en particulier, sur les annuelles. Les herbes vivaces repoussant rapidement, plusieurs traitements seront nécessaires pour les détruire. Parce qu’ils sont non sélectifs, utilisez-les en traitement ciblé sur la pelouse. Vous avez là un ensemble de choix pour contrôler les indésirables de votre jardin. À vous de choisir la ou les méthodes les plus indiquées, gardant en tête que plus l’impact environnemental est faible, mieux s’en portera votre jardin!

Voir d'autres conseils

Vous avez des questions par rapport à ce blogue?
Consultez notre Carnet horticole et botanique ou, présentez-vous au comptoir des renseignements horticoles du Jardin botanique pour un service personnalisé. Un de nos experts se fera un plaisir de vous donner plus d’informations.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de LN
LN

Ouais! Ceux qui mettent des herbicides non écologique..
Ça vient de me coûter 500$ de vétérinaire parce que mon chien a mangé du gazon sur une certaine pelouse.
Faut penser à nos animaux domestiques..
C'était pas beau à voir et pas drôle du tout...

Portrait de M Larochelle
M Larochelle

Il ne faut pas laisser traiter son gazon par une entreprise qui n'utilise pas un bio-pesticides
et si on en utilise pas il faut surveiller pour que son chien n'aille pas sur le gazon du voisin qui traite son gazon avec un herbicide non naturels
C'est le meilleur moyen pour qu'un chien ne soit pas affecté
Je vois des gens qui protège leur toutou en leur mettant une muselière lors d'une marche, intelligent!