Blogue

Les puces des neiges ne sont pas des puces

Hypogastrura nivicola
Credit: iNaturalist
Hypogastrura nivicola
  • Hypogastrura nivicola
  • Puces des neiges © cc wikimedia (Rolf Schlagenhaft)
Les puces des neiges ne sont pas des puces

Texte rédigé le 4 avril 2018

Les puces des neiges ne sont ni des puces ni des insectes. En fait, ce sont des collemboles, de petits arthropodes, proches cousins des insectes. Ils appartiennent à l’espèce Hypogastrura nivicola. On les nomme communément collemboles nivicoles.

Le collembole nivicole est bleu foncé et mesure de 1 à 2 mm. Il n’a pas d’ailes et marche à l’aide des griffes situées à l'extrémité de ses six pattes. Lorsqu’il a besoin de se déplacer plus rapidement, il utilise sa furca, un appendice en forme de fourche située sous son abdomen. La furca lui permet de se propulser dans les airs et de sauter sur de longues distances. Il échappe ainsi aux prédateurs ou aux humains curieux qui s’approchent trop près de lui.

D’où viennent ces petits arthropodes?

Les collemboles des neiges vivent dans les sols riches en matière organique ainsi que sur le bord de cours d’eau. Au printemps, quand la température se situe autour de 0°C, ils grimpent à travers les couches de neige, souvent près de troncs d'arbres ou de gros rochers. Plusieurs centaines d’individus se retrouvent alors au même endroit et forment de petits amas, semblables à des poussières noires, déposées sur la neige. Lorsque la température s’abaisse, ils retournent d’où ils sont venus.

Pourquoi et comment s’activent-ils sur la neige?

Si les collemboles nivicoles remontent ainsi en surface, c’est pour s’alimenter des algues, des microorganismes et des spores de champignons qu’ils trouvent sur la neige.  Depuis le début de l’hiver, leur métabolisme est au repos : ils respirent moins, ne mangent plus, ne grandissent plus et ont cessé de se reproduire. Ils survivent aux températures froides en raison, notamment, des protéines «d’antigel» présentes dans leur sang. Toutefois, et c'est ce qu'on a constaté chez cette espèce, ces protéines leur permettent aussi d’ingérer des aliments lorsque les températures s’adoucissent. Comment? En empêchant les petits cristaux de glace, avalés simultanément avec la nourriture, de grossir à l'intérieur de leurs tissus lorsque les températures baissent à nouveau. La présence de ces protéines dans leur organisme empêche donc ces petits animaux d’éclater s’ils ingèrent trop de glace. 

À quoi ces collemboles servent-ils?

Bien qu’ils soient minuscules, les collemboles des neiges sont très utiles. Puisqu’ils pullulent dans le sol (leur densité peut atteindre 100 000 individus par mètre carré), leurs activités d’alimentation contribuent à décomposer la matière organique, à retourner les aliments nutritifs dans le sol et à les rendre disponibles aux plantes. Ces collemboles servent aussi de nourriture à de nombreux petits animaux et exercent un certain contrôle des populations de champignons, de bactéries et de nématodes présents dans l’environnement.

Au fait, si au cours d’une promenade printanière avec des amis vous apercevez des puces des neiges, rassurez vite vos compagnons en leur rappelant que, contrairement aux puces, ces animalcules ne piquent pas et ne nous envahissent pas!

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Sonia Costa
Sonia Costa

Bonjour,
Merci pour votre article. Je n'avais jamais entendu parler de puces des neiges.
Je suis au Portugal en ce moment et un an après les incendies de forêt meurtriers qui ont ravagé le pays et touché notre village, nous avons aperçu de petits insectes semblables aux puces que vous décrivez. On en a partout, elles sautillent, on les trouve surtout sur les tuyaux d'arrosage, dans le bassin. La première fois qu'on les a vues ce fut près des vignes en avril, par terre se trouvait une grande tâche noire, je pensais que la terre était humide comme il avait plu...et en m'approchant j'ai vu ce amas.
Croyez vous qu'il s'agisse des mêmes puces qu'on retrouve au Canada, sauf qu'ici elles sortent au printemps?
Merci beaucoup pour votre avis.
Bien cordialement,
Sonia

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous