Blogue

Perséides 2018 : une bonne année

Une étoile filante des Perséides
Credit: Jared Tennant
Une étoile filante des Perséides
  • Une étoile filante des Perséides
  • Météore des Perséides
  • Perséides 2016
  •  Perséides
  • La pluie de météores des Perséides Nov. 2015
  • Perséides 2013
Perséides 2018 : une bonne année

Sous un beau ciel nocturne, il n’est pas rare de capter, du coin de l’œil, le filet de lumière d’une étoile filante. Un petit caillou voguant dans le système solaire croise l’orbite de la Terre — au mauvais endroit, au mauvais moment — et « pouf ! », il se vaporise dans la haute atmosphère. Ainsi s’éteint le caillou. Mais les gaz atmosphériques, le long de sa trajectoire, produiront un ultime éclat lumineux, réémettant l’énergie cinétique de la collision cosmique sous forme de lumière et de chaleur. Vite, faites un vœu !

Étoiles filantes

Chaque heure, à tout moment de l’année, dans des conditions parfaites, l’éclat d’une dizaine de ces collisions imprévisibles peut être observé ; c’est ce qu’on appelle des étoiles filantes (ou des météores) sporadiques.

Mais à chaque année, de la fin du mois de juillet à la troisième semaine d’août, la Terre parcourt une partie de son orbite dans une zone où se trouvent de nombreux débris de la comète 109P/Swift-Tuttle. Le mouvement de la Terre, combiné à la trajectoire commune des particules, crée l’illusion que ces étoiles filantes proviennent toutes d’une même région dans le ciel, à l’image des flocons de neige qui semblent venir du devant de la voiture lorsqu’on file dans une tempête. Dans le cas de la célèbre pluie d’étoiles filantes du mois d’août, ce point dans le ciel est situé dans la constellation de Persée ; on parle alors des Perséides !

Perséides 2018

Cette année, la récolte s’annonce faste pour les chasseurs de Perséides, particulièrement en Amérique du Nord. Bien que les Perséides s’étendent sur quelques semaines, le pic d’activité est généralement le moment qui donne son sens à l’expression « pluie » d’étoiles filantes. Cette année, ce pic est attendu dans la soirée et la nuit du 12 au 13 août, entre 16 h et 4 h (heure avancée de l’Est). Jusqu’à 90 étoiles filantes par heure pourraient alors être observées dans un ciel sans pollution lumineuse et obstruction.

Mais l’activité ne se limite pas à cette nuit, et grâce à la nouvelle lune qui survient le 11 août, la semaine précédant le maximum et les quelques jours suivants offrent aussi de conditions idéales.

Pour toutes ces nuits, l’activité débute généralement tranquillement avec l’arrivée de l’obscurité, mais s’accélère de la fin du crépuscule jusqu’à l’aube. Pour mieux comprendre pourquoi, reprenons l’analogie de la voiture qui avance dans une tempête de neige. Si vous regardez derrière vous, moins de flocons percutent la vitre arrière de la voiture que le pare-brise avant. La rotation de la Terre au cours de la nuit nous amène à faire face à la direction du mouvement de la Terre — à se tourner vers le pare-brise. Terminons ce parallèle entre mécanique céleste et automobile en rappelant que dans le cas de l’observation du ciel, il est préférable d’éteindre les phares et laisser notre vision nocturne nous conduire dans l’obscurité la plus totale.

Bonnes observations !

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Eva Markovits
Eva Markovits

J'adore observer des perséides!