Blogue

Sauver le gorfou sauteur du Nord

Gorfou sauteur du Nord - Biodôme
Sauver le gorfou sauteur du Nord

Le Biodôme de Montréal est l’un des rares sites zoologiques au monde, le seul en Amérique, où le gorfou sauteur du Nord a réussi à se reproduire en captivité. En 2016, c’est trois poussins qui y sont nés et les efforts se poursuivent pour participer à la sauvegarde de l’espèce.

« Nous savons que d’autres institutions en Europe, entre autres à Vienne et à Édimbourg, ont réussi à reproduire cette espèce en captivité, explique la Dr Emiko Wong, vétérinaire au Biodôme. Mais ça demeure difficile. Malgré notre volonté, nous n’avons pas eu de succès en 2017. »

Oiseau magnifique mais menacé

Lors de votre visite au Biodôme, vous avez sûrement déjà remarqué ce manchot tout particulier. L’Eudyptes moseleyi, de son nom savant, se reconnait facilement : il arbore une ligne jaune au-dessus de chaque œil accompagnée d’une magnifique couronne de plumes jaunes et noires juste derrière ceux-ci.

Il est aujourd’hui en danger. En 2013, on dénombrait à peine plus de 240 000 paires de gorfou sauteur du Nord. Selon le International Union for Conservation of Nature and Natural Resources (IUCN), sa population aurait décliné de 57 % au cours des 37 dernières années.

Les changements climatiques en cause

Il ne semble pas y avoir une cause majeure à sa décroissance. Il s’agirait plutôt d’une conjoncture défavorable qui le mettrait à mal. Au banc des accusés, on retrouve d’abord les changements climatiques. Les variations de température altèrent ses capacités à se reproduire tout en transformant la chaîne alimentaire dans les régions où il habite traditionnellement.

Le contact avec les humains y est évidemment pour quelque chose. Dans certaines régions, l’homme a été un important prédateur de l’espèce. Aussi les pêcheries intensives et l’exploitation pétrolière lui nuiraient.

C’est pourquoi les efforts pour améliorer sa reproduction en captivité sont si importants. « Au niveau panaméricain et à l’international, il existe des programmes de gestion des populations captives qui observent chaque institution où se trouvent des gorfous sauteurs pour identifier quels sont les facteurs de succès et ainsi augmenter nos taux de réussite », explique la Dr Wong.

Quelques facteurs pouvant améliorer ou nuire aux chances de reproduction en captivité

  1. La température ambiante (il y a une possibilité que les gorfous sauteurs du Nord se reproduisent à une température de confort légèrement plus élevée que les autres espèces de manchots subantarctiques).
  2. L’aménagement et la grandeur de l’habitat.
  3. La bonne entente, le « fit », entre les individus.
  4. La démographie de la colonie.
Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous
You must have Javascript enabled to use this form.