Langues

Blogue

Un nouveau poussin sauteur!

Poussin sauteur, © Biodôme (Claude Lafond)
Un nouveau poussin sauteur!

Une petite foire aux questions avec Dominique Rochon, préposée aux collections aquatiques de l’écosystème des Régions subpolaires du Biodôme – Espace pour la vie. Elle travaille quotidiennement avec les oiseaux polaires de l’écosystème des îles subantarctiques et notamment, le poussin sauteur.

Dis-moi Dominique, il y a du nouveau du côté des gorfous sauteurs?

Oui, le 24 octobre dernier, notre premier poussin manchot de 2012 est né, après 35 jours d’incubation naturelle par ses parents. C’est le 32e poussin à naître au Biodôme, depuis l’ouverture en 1992!

Justement, parle-nous un peu de ses parents…

Les parents sont des gorfous sauteurs. Le père est âgé de 20 ans et la mère, de 17 ans. C’est un nouveau couple, qui a pris un territoire commun cette année. Le poussin est leur premier rejeton. Ils s’occupent de lui assidûment et sont très présents.

Et le poussin, comment se porte-t-il?

Très bien. Il pesait 74 g à l’éclosion; une semaine plus tard, son poids atteignait 295 g. À sa plus récente pesée, le 19 novembre, il avait atteint 1.3 kg! Il restera avec ses parents environ 40 jours. Ensuite, il sera retiré de l’habitat pour la durée du sevrage, soit une trentaine de jours.

Pourquoi doit-il être retiré de l’habitat?

Il y a deux raisons principales : la première, c’est pour assurer sa sécurité. Après 40 jours, le poussin a tendance à quitter le nid pour explorer son environnement. Ça le rend vulnérable aux agressions des autres manchots. Il risque aussi de se noyer dans le bassin, car ses plumes n’ont pas encore poussé : il n’est recouvert que de duvet perméable.

Et la deuxième raison?

Nous devons commencer son programme d’entraînement biomédical. Le but, c’est de développer des comportements chez lui pour qu’il soit confortable lorsque nous aurons à le manipuler. Par exemple, nous lui montrons à monter sur une balance pour le peser ou à accepter de se laisser toucher différentes parties du corps pour un examen vétérinaire ou pour se faire couper les griffes.

Comment se déroule cet entraînement?

D’abord, nous lui apprenons à manger des petits poissons entiers, car il n’est plus nourri par la bouillie régurgitée par ses parents, ce qu’il fait en quelques jours. Ensuite, chaque fois que le poussin réagit positivement au mouvement ou au comportement demandé, un signal – un coup de sifflet! – est émis, puis l’oiseau est récompensé par un poisson. Il apprend vite que le son du sifflet veut dire qu’un régal l’attend!

Quelle est la fréquence de ces séances d’entraînement?

Elles durent d’une à cinq minutes. Les poussins en ont habituellement quatre par jour, les oiseaux déjà en habitat, une ou deux.

À quel moment le poussin pourra-t-il retourner dans l’habitat?

Vers l’âge de 80 jours (autour du 12 janvier), quand il sera totalement emplumé et qu’il réagira bien aux premières demandes d’entraînement, particulièrement l’alimentation à la main. Il n’aura pas encore ses aigrettes jaunes sur la tête, qui n’apparaîtront que vers l’âge d’un an. À son retour dans l’habitat, il sera complètement autonome.

Dis-moi, parmi la collection actuelle, combien de poussins sont nés ici, au Biodôme?

La réponse est facile : ils sont tous nés ici! Et ils sont tous bien intégrés à leur habitat. C’est vraiment une belle réussite!

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous