Blogue

Un terrible ravageur à nos portes!

Visuel 1 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis)
Credit: Kyle T. Ramirez (Insectarium de Montréal)
Visuel 1 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis)
  • Visuel 1 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis)
  • Visuel 2 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) - Mâle à droite, femelle à gauche
  • Visuel 3 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis)
  • Visuel 4 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) - galerie et trou de sortie
  • Visuel 5 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) – Dégâts alimentaires d’un adulte sur une feuille
  • Visuel 6 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) – Dégâts alimentaires d’un adulte sur une tige
  • Visuel 7 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) – Oviposition, cicatrice laissée par la ponte
  • Visuel 8 - longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) – orifice de sortie et pièce de 10 cents
Un terrible ravageur à nos portes!

Le longicorne étoilé ou longicorne asiatique est un ravageur qui est arrivé de Chine et de Corée sur le continent américain par le transport de matériaux d'emballage en bois massif comme des palettes et des caisses. Cet insecte exotique envahissant attaque et tue un grand nombre d’arbres d’espèces feuillues en Amérique du Nord et en Europe centrale. Comme il n’a aucun ennemi naturel hors de l’Asie, il représente une grave menace pour les forêts urbaines et naturelles. Il peut causer des pertes importantes pour l’industrie forestière et pour les acériculteurs.

Comment l’identifier?

Ce coléoptère de la famille des cérambycidés (Anoplophora glabripennis) mesure de 20 à 35 mm de longueur. Il est remarquable par ses antennes noires annelées de blanc, plus longues que le corps. Ses élytres noirs sont marqués par une vingtaine de taches blanches irrégulières. Ses pattes noires ont des reflets gris-bleu.

Historique 

De 1996 à 2002, des populations ont été trouvées dans plusieurs villes américaines. En 2003, une d’entre elles est découverte dans un parc industriel de la région du Grand Toronto. Elle est éradiquée, mais, dix ans plus tard, un citoyen de Mississauga, en banlieue de Toronto, identifie un autre insecte. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) confirme la présence du longicorne asiatique et abat les arbres infectés. Jusqu’à maintenant, l’insecte n’a jamais été signalé au Québec, mais il faut rester aux aguets.

Arbres-hôte 

Des marques caractéristiques ont été identifiées sur des essences en santé et vulnérables. Le longicorne vise principalement les érables sur lesquels il peut compléter son cycle vital. Mais, il peut tout aussi bien s’attaquer aux peupliers, aux saules, aux bouleaux et aux ormes.

Cycle de vie 

La femelle pond des œufs individuels qui ressemblent à de petits grains de riz dans la partie supérieure du tronc ou sur les branches principales de l'arbre-hôte. La jeune larve fore des galeries sous l’écorce, à la surface de l’aubier, puis s’enfonce vers le bois pour se nourrir. La nymphe blanchâtre, de 30 à 33 mm de longueur, se métamorphose en adulte et émerge de l'arbre par un trou de 6 à 12 mm de diamètre.

Éradication

Lorsque l’espèce est découverte, il est urgent de déterminer l’étendue de la zone infestée et d’établir rapidement des mesures d’éradication du ravageur afin de limiter sa propagation. Des inspecteurs spécialisés cherchent la présence d’adultes durant leur période de vol ou des signes et symptômes visibles d’attaques sur les arbres.

Quoi faire?

Tout le monde peut participer aux mesures de contrôle du longicorne asiatique en observant les trous d'émergence des adultes et les sites de ponte sur les essences à risques. À la Maison de l’arbre Frédéric-Back, des éducateurs animent une station d’information sur le longicorne asiatique où des sites de simulation ont été créés par le personnel de l’ACIA. Tout signe de la présence de l’insecte devrait être signalé à l’agence en composant le 1 800 442-2342.

Conclusion

S’il traverse nos frontières, la lutte contre ce ravageur s’annoncera très difficile. Tout doit être mis en œuvre pour éviter son introduction puisque les arbres atteints doivent être coupés, déchiquetés et brûlés. Et comme pour plusieurs enjeux environnementaux, la participation du public joue un rôle important dans la prévention.

Visuels 4 et 5

Signes et symptômes :

Signes visibles sur l’écorce : encoches de ponte, sciures de forage, dégâts liés à la nutrition des adultes ou trous d’émergence

Symptômes : sève moussante, fissure dans l’écorce, mortalité des branches ou mort de l’hôte

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :