Langues

Blogue

Une araignée qui crache son venin!

Scytodes fusca
Une araignée qui crache son venin!

Le Biodôme partage quelques-unes de ses histoires les plus inusitées. Saviez-vous que sa Forêt tropicale recèle de véritables petits trésors?

Peu de visiteurs ont connaissance que, derrière la plupart des feuilles de palmier, se cache un prédateur qui ne sort que la nuit venue. En anglais, on le nomme « spitting spider », un nom qui lui vient de sa technique de chasse unique dans le monde des araignées. Cet insecte capture ses proies en projetant sur elles des filaments d’un mélange gluant et toxique, sur une distance pouvant aller jusqu’à quelques centimètres, le tout en l’espace de quelques dixièmes de seconde. Les proies se trouvent ainsi capturées et immobilisées d’une manière qui rappelle la technique de l’homme-araignée! Cette substance n’est pas une toile, car notre araignée peut aussi produire de la toile à partir de ses filières situées à l’arrière de l’abdomen. C’est plutôt de ses deux crochets (chélicères) situés à l’avant qu’elle crache les filaments. Elle se servira aussi de ces deux mêmes chélicères pour achever sa proie immobilisée en lui infligeant la morsure finale.

Une araignée venue du sud

Son nom scientifique est Scytodes fuscaet son observation dans la Forêt tropicale humide du Biodôme, où elle se reproduit librement, est la seule mention de la présence de cette espèce au Canada. On soupçonne qu’elle est venue de Floride, cachée parmi les plantes lors de la plantation en 1992. Elle se nourrit d’insectes tels que les blattes, fourmis, pucerons et cochenilles qui vivent dans la végétation. On la retrouve particulièrement sur les plantes à larges feuilles telles que les palmiers, où elle s’abrite le jour dans une toile peu élaborée qui lui sert de refuge.

L’aranéofaune du Québec

On retrouve un peu plus de 600 espèces d’araignées au Québec, réparties en 27 familles. La plus connue, les Aranéides, comprend la plupart des espèces qui font des toiles aériennes plus ou moins circulaires pour capturer les insectes au vol. Mais le Québec ne compte aucun représentant de la famille des Scytodidae, dont fait partie Scytodes fusca.  Les représentants de cette famille sont les seuls à utiliser cette technique de chasse unique. C’est une modification des glandes à venin situées dans le thorax qui leur permet de projeter ainsi le liquide. On reconnaît les Scytodidés à la forme particulière de leur thorax, qui est bombé vers l’arrière pour accommoder leur puissante pompe à venin.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de Julie
Julie

Fascinant! Merci!

Portrait de Yannick
Yannick

Preuve que même si je travaille dans l'écosystème de la forêt tropicale, celle-ci regorge encore plein de merveilleux secret!!

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous