Menu global

Carnet horticole et botanique

Altise

Ravageurs et maladies
Français
Altise.
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Steeve Schawann - MAPAQ)

Onglets

Description

Résumé

Aussi appelées puces terrestres, les altises sont de petits coléoptères à carapace luisante. Dès qu'elles sentent un danger, elles sautent et disparaissent. Il en existe de nombreuses espèces qui s'attaquent à plusieurs plantes ornementales et vivrières. Les dommages sont surtout causés par les adultes qui percent de nombreux petits trous dans le feuillage des végétaux. Ces insectes prolifèrent sous un climat chaud et sec.

Signes et symptômes

  • Les dommages apparaissent tôt au printemps, dès le retour du temps chaud.
  • Les adultes percent de nombreux petits trous ronds dans les feuilles à peine écloses.
  • Les trous s'agrandissent à mesure que les feuilles se développent.
  • Lors d'infestations graves, les altises peuvent détruire complètement les pousses terminales. De plus, elles peuvent transmettre des maladies.
  • Les plants très infestés démontrent une baisse de vigueur ainsi qu'une maturation retardée et inégale.

Nom latin

Altica, Epitrix, Phyllotreta, Systena, etc.

Plantes hôtes

Plantes ornementales : cornouiller, forsythia, houblon, hydrangée, physocarpe, potentille, rosier, vigne vierge, viorne, weigela, etc.

Plantes vivrières : aubergine, betterave, brocoli, chou, concombre, épinard, maïs, navet, poivron, pomme de terre, radis, rutabaga, tomate, vigne à raisin, etc.

Cycle de développement

Description et cycle de développement

Les altises sont de petits insectes sauteurs faisant partie de l'ordre des Coléoptères. Leur métamorphose est complète (insectes holométaboles). Avant de devenir adultes, elles passent par le stade d'œufs, de larves et de nymphes.

Œufs : Ils sont jaunâtres, translucides et de forme allongée.

Larves : Elles sont de forme allongée et munies de poils latéraux. Leur coloration varie selon les espèces.

Nymphes : Elles sont semblables aux adultes, mais plus petites.

Adultes : Ils mesurent entre 2 et 5 mm de longueur. Leur carapace luisante est brune, noire ou bleu métallique, selon les espèces. Leurs pattes arrières sont bien développées pour le saut.

Les altises hivernent sous forme d'adultes, enfouies dans le sol ou cachées sous les débris végétaux.

Elles émergent assez tôt au printemps (mai), dès les premiers signes de chaleur. Elles se nourrissent d'abord d'herbes indésirables jusqu'à l'éclosion des feuilles de leurs plantes favorites qu'elles dévorent avidement.

Quelques temps après leur émergence, les altises s'accouplent et les femelles pondent leurs œufs sur les feuilles, sur les tiges ou dans le sol, selon les espèces.

Les œufs éclosent après une dizaine de jours. Les larves s'alimentent pendant quelques semaines, mais ne causent généralement pas de dommages importants. Elles se transforment ensuite en nymphes puis les adultes émergent environ 10 jours plus tard. Selon les espèces, il peut y avoir de 1 à 3 générations par année.

Prévention et contrôle

Conditions favorables

Un printemps hâtif suivi d'un été chaud et sec favorisent les populations d'altises. Les feuilles mortes et les débris laissés au sol procurent un abri hivernal confortable aux insectes.

Dépistage

Dès le débourrement printanier, surveiller régulièrement les jeunes plants des espèces sensibles.

Mesures préventives

  • Pratiquer la rotation au potager.
  • Planter de la menthe, du thym ou du trèfle blanc au pied des plantes sensibles pour masquer leur odeur et décourager la ponte.
  • Maintenir les plantes vigoureuses en les fertilisant de façon équilibrée, en les taillant adéquatement et en les arrosant en période de sécheresse.
  • Éviter les excès d'engrais riches en azote et les tailles drastiques qui provoquent la croissance de tissus tendres plus vulnérables.
  • Contrôler les herbes indésirables.

Contrôle physique

  • Au printemps, installer une toile flottante (tissu qui laisse passer la lumière et l'eau) sur les jeunes plants avant l'apparition des altises.
  • Durant la saison de croissance, secouer les plants au-dessus d'un contenant rempli d'eau savonneuse pour y faire tomber les adultes; capturer les insectes à l'aide d'un aspirateur manuel.
  • À l'automne, ramasser et jeter les débris végétaux autour des plantes infestées ou sensibles.

Contrôle biologique

  • Encourager la présence des oiseaux insectivores (bruants, mésanges, etc.) et des crapauds, des prédateurs redoutables.
  • Introduire des nématodes dans le sol pour parasiter et tuer les jeunes larves.

Contrôle chimique

Le Jardin botanique de Montréal ne recommande pas l'utilisation de pesticides pour contrôler ces insectes.

Add this

Partager cette page