Menu global

Carnet horticole et botanique

Criocère du lis

Ravageurs et maladies
Français
Adulte - Criocère du lis.
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Pascale Maynard)

Onglets

Description

Résumé

Ces jolis petits coléoptères rouges, introduits d'Europe, peuvent causer de gros dégâts, principalement sur les lis. Faciles à dépister, ils sont plus difficiles à piéger : dès qu'ils sentent un danger, ils feignent la mort et se laissent tomber au sol. Une infestation non contrôlée peut rapidement défolier une plante.

Signes et symptômes

  • Les premiers dommages se manifestent tôt au printemps lorsque les adultes émergent du sol et percent le feuillage en développement.
  • Les œufs jaunes, rouges ou orangés sont déposés en bandes, sous les jeunes feuilles.
  • Les larves sont dissimulées sous une couche de mucus et d'excréments noirâtres. Elles se nourrissent d'abord près des lieux de ponte, généralement sur la face inférieure des feuilles.
  • Après avoir défolié la plante, les adultes et les larves perforent les boutons floraux et rongent les fleurs.
  • Lors d'une infestation sévère, la plante entière peut se faire dévorer, mais le bulbe n'est généralement pas touché.

Nom latin

Lilioceris lilii

Plantes hôtes

Principalement les lis et les fritillaires; parfois le sceau-de-Salomon et d'autres espèces voisines.

Cycle de développement

Description et cycle de développement

Les criocères sont de petits insectes de l'ordre des Coléoptères. Leur métamorphose est complète (insectes holométaboles). Avant de devenir adultes, ils passent par le stade d'oeufs, de larves et de nymphes.

Œufs : Ils sont jaunes, orangés ou rouges et ont la forme d'une cylindre arrondi aux extrémités. Ils mesurent environ 1,5 mm de longueur.

Larves : Elles possèdent un corps jaune, mais leur tête et leurs pattes sont noires. Elles mesurent environ 9 mm de long à maturité. Elles se cachent sous un manteau de mucus et d'excréments noirâtres.

Adultes : Ils mesurent entre 6 et 8 mm de longueur. Leur corps est rouge écarlate alors que leur tête, leurs pattes et leurs deux antennes sont noires.

Les criocères hivernent enfouis dans le sol, sous forme d'insectes adultes, souvent au pied de leurs plantes favorites. Ils émergent tôt au printemps (avril), pour se nourrir sur le jeune feuillage en développement et s'accoupler.

Chaque femelle pond environ trois cent œufs qu'elle fixe en bandes sous les jeunes feuilles. Après une à deux semaines, les œufs éclosent et les jeunes larves s'alimentent sur les plantes pendant quelques semaines. Puis, elles se laissent tomber au sol ou descendent le long de la tige de la plante. Elles s'enfouissent sous terre où elles se métamorphosent en nymphes puis en adultes (après 4 à 5 semaines).

La nouvelle génération d'insectes apparaît vers la fin de juin ou le début de juillet. Dès la fin de juillet, les adultes commencent à s'abriter pour l'hiver. Sous notre climat, les criocères produisent généralement une seule génération par année.

Prévention et contrôle

Conditions favorables

On remarque une recrudescence de la population après un hiver doux et enneigé.

Dépistage

Tôt au printemps, inspecter régulièrement les plantes sensibles pour prévenir les dommages.

Mesures préventives

  • Éviter de planter des espèces vulnérables, surtout quand les criocères sont présents.
  • Lors de l'achat de lis ou d'autres plantes hôtes, examiner soigneusement sous le feuillage pour y déceler des œufs ou des larves ; vérifier s'il y a des insectes présents sur la plante ou dans le sol pour éviter de rapporter des intrus.

Contrôle physique

  • Au printemps, couvrir les jeunes plants d'une toile flottante (tissu qui laisse passer la lumière et l'eau) afin d'empêcher les adultes de s'en nourrir et d'y pondre leurs œufs.
  • Écraser les œufs cachés sous le feuillage.
  • Écraser les larves et les adultes ou les noyer dans un seau d'eau savonneuse. Pour attraper plus facilement les adultes, on peut secouer les plants au-dessus d'un morceau de tissu ou d'un contenant. Il est aussi possible de les capturer avec un aspirateur manuel.
  • À l'automne, ramasser les végétaux morts et les débris au sol où peuvent se réfugier les adultes.
  • Au printemps et à l'automne, biner le sol autour des plants pour exposer les insectes aux intempéries et aux prédateurs.

Contrôle biologique

Aucun traitement disponible.

Contrôle chimique

Le Jardin botanique de Montréal ne recommande pas l'utilisation de pesticides pour contrôler cet insecte.

Add this

Partager cette page