Menu global

Carnet horticole et botanique

Flétrissure verticillienne

Ravageurs et maladies
Français
Flétrissure verticillienne.
Crédit photo : IRIIS Phytoprotection (Bernard Drouin - MAPAQ)

Onglets

Description

Résumé

Les champignons responsables de la flétrissure verticillienne vivent dans le sol et peuvent infecter une grande diversité d'espèces ornementales et vivrières. La maladie se caractérise par le flétrissement soudain du feuillage, suivi du dessèchement des rameaux et des branches. Les semis, les plantes herbacées et les arbres jeunes sont plus vulnérables et peuvent dépérir rapidement. La flétrissure verticillienne ne tue pas nécessairement les arbres matures, mais elle peut les affaiblir considérablement. L'infection se transmet par les semences, les boutures, les tubercules, les sols et les eaux contaminés.

Signes et symptômes

  • Les premiers signes ressemblent à un stress hydrique (manque d'eau).
  • Les champignons s'introduisent dans la plante par les plaies et les fissures des jeunes racines en croissance; une fois à l'intérieur, ils sont transportés par la sève dans tout le système vasculaire; leur développement obstrue peu à peu les vaisseaux conducteurs et cause le dessèchement des feuilles.
  • Chez les plantes ligneuses (arbres, arbustes), on observe un flétrissement soudain du feuillage à l'extrémité de certaines branches, plus fréquemment celles du bas; puis les feuilles jaunissent, se dessèchent et tombent prématurément.
  • À un stade plus avancé, l'infection provoque le dessèchement puis la mort des jeunes rameaux et des branches, puis de l'arbre entier.
  • En pelant l'écorce des branches infectées, on peut voir des stries longitudinales verdâtres ou brunâtres dans l'aubier; en coupe transversale, les stries forment des cernes ou des pointillés sur les anneaux de croissance.
  • Le dépérissement complet peut se produire en quelques mois ou s'étirer sur plusieurs années. Les arbres infectés ont une croissance ralentie, leurs branches semblent dégarnies et leurs feuilles sont plus petites.
  • La flétrissure verticillienne ne tue pas nécessairement les arbres matures car ils peuvent isoler l'infection. Cependant, les jeunes semis, les plantes herbacées et les arbres jeunes sont plus vulnérables et peuvent dépérir rapidement après l'infection.

Nom latin

Verticillium albo-atrum, Verticillium dahliae

Plantes hôtes

Plusieurs plantes ligneuses : arbre à perruque, catalpa, cerisier, chèvrefeuille, érable, frêne, gadelier, groseillier, lilas, magnolia, marronnier, olivier de Bohême, orme, pêcher, prunier, rosier, spirée, sureau, tulipier, vinaigrier, viorne, weigela, etc.

Plusieurs plantes herbacées : aconit, aster, coréopsis, chrysanthème, dahlia, digitale, impatiente, muflier, pavot, phlox, pivoine, ricin, tournesol, etc.

Certaines plantes vivrières : aubergine, fraisier, framboisier, melon, menthe, pomme de terre, poivron, tomate, etc.

Cycle de développement

Description et cycle de développement

Les champignons du genre Verticillium sont de taille microscopique et font partie des Deutéromycètes, les champignons imparfaits, qui n'ont pas de forme sexuelle connue.

Ils forment un mycélium filamenteux et cloisonné. Selon le climat, ils produisent aussi des conidies, des spores d'été asexuées, et des sclérotes, des masses compactes de mycélium pouvant persister dans le sol environ une quinzaine d'années.

Ils hivernent dans le sol, dans les tissus vivants et les débris végétaux infectés, sous forme de sclérotes ou de mycélium.

Au printemps, le mycélium se réactive et les sclérotes bourgeonnent, formant d'autre mycélium. Les champignons s'introduisent dans la plante par les racines et sont transportés par la sève dans le système vasculaire. C'est la période d'infection primaire.

Durant la saison de croissance, le mycélium mature émet des fructifications qui libèrent des spores à l'intérieur des vaisseaux et sur les branches infectées. Les spores d'été se répandent dans les vaisseaux ou s'introduisent dans les végétaux par les plaies situées sur le tronc et les branches. En germant, elles causent les infections secondaires qui se poursuivent tant que le climat demeure favorable.

Prévention et contrôle

Conditions favorables

Les dommages se manifestent généralement vers le milieu de l'été, quand les températures oscillent entre 20 et 28 °C. D'autres facteurs peuvent avantager ces champignons : la culture de plantes susceptibles dans un sol contaminé et les monocultures sans rotation.

Dépistage

Observer régulièrement les végétaux durant la saison de croissance. En cas de doute, couper une branche flétrie pour voir s'il y a des cernes foncés dans le système vasculaire ou vérifier sous l'écorce pour des stries longitudinales brunâtres ou verdâtres.

Mesures préventives

  • Utiliser du matériel sain : l'infection peut se transmettre par les semences, les boutures, les tubercules et les débris végétaux infectés mais aussi par la terre et les eaux contaminées.
  • Cultiver des espèces résistantes telles que : aubépine, bouleau, caryer, conifères (tous), ginkgo, févier, hêtre, mûrier, noyer, peuplier, poirier, pommetier, pommier, saule, sorbier.
  • Maintenir la vigueur des végétaux en les fertilisant adéquatement et en les irriguant en période de sécheresse.
  • Éviter les blessures aux racines (pioche, bêche, herse, motoculteur) et aux parties aériennes (tondeuse, souffleuse).
  • Faire des rotations au potager.
  • Maintenir le site exempt de mauvaises herbes qui hébergent souvent les champignons.
  • Planter des espèces résistantes là où la maladie est apparue, car les champignons peuvent demeurer vivants une quinzaine d'années dans le sol; ne pas déplacer de sol contaminé ou s'en servir pour les semis.

Contrôle physique

  • Émonder les arbres atteints : éliminer tout le bois mort; tailler les branches infectées jusqu'au bois sain.
  • Désinfecter les outils de coupe régulièrement avec de l'alcool isopropylique à 70% (alcool à friction).
  • Arracher et détruire les végétaux très infectés, y compris les racines.
  • Ne pas composter de débris contaminés.
  • Attendre une quinzaine d'années avant de replanter une espèce sensible dans un sol contaminé; replanter plutôt des espèces résistantes.

Contrôle biologique

Aucun traitement disponible

Contrôle chimique

Le Jardin botanique de Montréal ne recommande pas l'usage de pesticides pour contrôler cette maladie.

Add this

Partager cette page