Menu global

Carnet horticole et botanique

Mildiou

Ravageurs et maladies
Français
Gradation dans l’évolution des symptômes du mildiou à la face supérieure des feuilles.
Crédit photo : IRIIS Phytoprotection (Pierre Lachance - MAPAQ)

Onglets

Description

Résumé

Le mildiou peut causer des dommages sévères très rapidement, surtout par temps frais et pluvieux. L'infection marque les feuilles de zones nécrosées irrégulières et recouvre d'un duvet blanchâtre les tissus atteints. Les végétaux trop sérieusement infectés se dessèchent et meurent. En Irlande, le mildiou de la pomme de terre a provoqué une terrible famine au milieu du XIX e siècle.

Signes et symptômes

  • L'infection débute souvent par l'apparition de petites brûlures foncées et irrégulières sur le dessus des feuilles et sur les tiges. Un duvet blanc grisâtre (mycélium) se développe en marge et en dessous des zones infectées.
  • Par temps favorable, les brûlures s'agrandissent et l'infection s'étend très rapidement aux pétioles des feuilles, aux pédoncules floraux et aux fruits qui se couvrent de plaques foncées et luisantes.
  • Au stade final, les tissus atteints se nécrosent, les feuilles et les fleurs tombent, les fruits pourrissent et les plantes sévèrement atteintes meurent.

Nom latin

Bremia, Peronospora, Phytophthora, Plasmopara, Pseudoperonospora, Sclerospora

Plantes hôtes

Plusieurs plantes ligneuses : azalée, gadelier, rosier, vigne, viorne, etc.

Plusieurs plantes herbacées : aster, bégonia, chrysanthème, hélianthe, lis, lupin, muflier, pétunia, phlox, pivoine, pois de senteur, primevère, etc.

Certains légumes : aubergine, poivron, pomme de terre, tomate, etc.

Cycle de développement

Description et cycle de développement

Les champignons causant le mildiou sont de taille microscopique et font partie des Oomycètes, les champignons à oospores.

Ils produisent un mycélium filamenteux non cloisonné sur lequel se développe des fructifications portant des sporanges : des petits sacs contenant des spores asexuées ou sexuées, selon les variations du climat.

Parasites obligatoires, ils hivernent à l'intérieur des feuilles, des tiges et des fruits infectés sous forme de spores et de mycélium.

Au printemps, le mycélium se réactive et les spores sont dispersées par le vent et la pluie, causant la première infection.

Durant la saison de croissance, quand le climat est favorable, le mycélium se développe et produit des zoospores, des spores asexuées munies de flagelles pour nager. Un film d'eau sur les tissus favorise leur dispersion et leur germination.

C'est la phase la plus active, où le mildiou se multiplie rapidement et consolide l'infection de la plante.

Vers la fin de l'été, les champignons produisent des oospores, des spores sexuées résistantes, qui assurent la survie de l'espèce durant les périodes défavorables et préservent la diversité génétique.

Prévention et contrôle

Conditions favorables

Le mildiou se développe rapidement à des températures fraîches ou tempérées, mais non très chaudes (optimum 20 °C), quand le taux d'humidité de l'air est élevé. La présence d'un film d'eau sur les tissus favorise l'infection.

Dépistage

Inspecter régulièrement le feuillage des plantes sensibles et de celles qui croissent dans de mauvaises conditions, surtout quand le climat est favorable à la maladie.

Mesures préventives

  • Planter les espèces sensibles dans des lieux ensoleillés et bien aérés ; respecter les distances de plantation.
  • Arroser de préférence en début de journée et éviter de mouiller le feuillage.
  • Faire une rotation de 4 ans dans le potager.

Contrôle physique

  • Ramasser et jeter les feuilles et les fruits infectés pour réduire la source de contamination.
  • Couper et jeter toutes les parties atteintes en procédant par temps sec pour éviter de répandre la maladie.
  • Ne jamais composter de débris végétaux infectés.
  • Désinfecter les outils de coupe régulièrement avec de l'alcool isopropylique à 70% (alcool à friction).

Contrôle biologique

Aucun traitement disponible

Contrôle chimique

En cas d'infection grave la ou les années précédentes, utiliser en prévention un pesticide à faible impact dont l'ingrédient actif est la souche QST 713 de Bacillus subtilis ou l'acide citrique et l'acide lactique. Lire attentivement l'étiquette du produit et suivre les recommandations du fabricant.

Add this

Partager cette page