Menu global

Carnet horticole et botanique

Tache goudronneuse de l'érable

Ravageurs et maladies
Français
Tache goudronneuse de l’érable.
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Pascale Maynard)

Onglets

Description

Résumé

Cette maladie fongique est favorisée par un printemps pluvieux. Vers la fin du printemps et au début de l'été, des taches pâles de couleur jaunâtre ou verdâtre font leur apparition sur la face supérieure des feuilles. Vers la mi-été, ces taches prennent une coloration noire et une apparence goudronneuse. Une infection sévère peut provoquer une chute prématurée du feuillage. Cependant, les dommages sont surtout d'ordre esthétique; ils mettent rarement la vie des arbres en danger.

Signes et symptômes

  • Vers la fin du printemps et au début de l'été, des taches pâles de couleur jaunâtre ou verdâtre apparaissent sur la face supérieure des feuilles infectées. Ces taches ont une forme circulaire ou irrégulière.
  • Vers la mi-été, les taches deviennent noir lustré (d'où le terme « goudronneuse ») et boursouflées en formant une couche plus ou moins épaisse. Cette couche, appelée stroma, est formée des cellules du mycélium (les filaments du champignon) qui se mêlent aux tissus de la feuille. Les tissus situés sur la face inférieure des feuilles brunissent ou jaunissent.
  • Selon le champignon en cause, les taches peuvent être relativement grosses et solitaires ou petites et regroupées. Elles peuvent fusionner pour former une seule grosse tache sur les feuilles.
  • En cas d'infection grave, le feuillage peut se dessécher et tomber prématurément vers la fin de l'été, mais il est rare que cette chute soit nuisible pour la santé des arbres.
  • Les dommages causés par la tache goudronneuse sont spectaculaires, mais ils menacent rarement la vie des sujets atteints. Des infections répétées affaiblissent toutefois les arbres qui deviennent alors plus vulnérables à d'autres maladies et aux ravageurs.

Nom latin

Rhytisma acerinum, R. americanum, R. punctatum

Plantes hôtes

R. acerinum, un champignon originaire d'Europe, est responsable des dégâts observés sur l'érable de Norvège. R. americanum, une espèce d'origine américaine, et R. punctatum infectent notamment l'érable rouge, l'érable argenté et l'érable à sucre.

D'autres champignons du genre Rhytisma peuvent causer des dommages à des végétaux autres que l'érable. Par exemple, R. salicinum provoque l'apparition de taches noires goudronneuses sur le feuillage des saules.

Cycle de développement

Description et cycle de développement

Les champignons causant la tache goudronneuse sont de taille microscopique. Ils font partie des Ascomycètes, lesquels produisent des spores sexuées (ascospores) dans des sacs nommés asques.

Les champignons passent l'hiver sur les feuilles infectées tombées au sol. Au printemps, les spores qui se forment dans le stroma sont transportées vers les nouvelles feuilles en développement par le vent et les éclaboussures d'eau de pluie. C'est ainsi que le cycle d'infection se poursuit d'une année à l'autre. Des spores asexuées (conidies) infectieuses seraient produites pendant l'été.

Prévention et contrôle

Conditions favorables

Le développement de la maladie est favorisé par un printemps pluvieux. Un hiver doux pourrait contribuer à la survie des champignons.

Dépistage

Vers la fin du printemps et au début de l'été, surveiller l'apparition des premiers symptômes chez les érables. Poursuivre le dépistage pendant la saison de croissance.

Mesures préventives

  • Assurer la vigueur des arbres en les fertilisant adéquatement et en les arrosant en période de sécheresse. Éviter cependant de mouiller le feuillage pour ne pas favoriser la dispersion et la germination des spores. Les arbres en santé sont plus résistants aux maladies et aux ravageurs.
  • Tailler la ramure des arbres trop denses pour améliorer la circulation de l'air et favoriser un séchage plus rapide du feuillage.

Contrôle physique

  • Ramasser et jeter les feuilles infectées tombées au sol afin de prévenir de nouvelles infections.
  • Éviter de mettre les feuilles infectées dans le composteur domestique, car le tas de compost dégage rarement assez de chaleur pour pouvoir détruire les spores de champignons.
  • Plusieurs villes recommandent aux citoyens de disposer des feuilles malades lors des collectes de feuilles mortes. Les températures élevées atteintes lors du compostage industriel permettraient d'éliminer les champignons.

Contrôle biologique

Aucun traitement disponible.

Contrôle chimique

Le Jardin botanique de Montréal ne recommande pas l'utilisation de pesticides pour contrôler cette maladie. 

Add this

Partager cette page