Menu global

Carnet horticole et botanique

Thrips

Ravageurs et maladies
Français
Thrips.
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Daniel Fortin)

Onglets

Description

Résumé

Plus de 5 000 espèces de thrips ont été dénombrées sur la planète, dont plusieurs centaines en Amérique du Nord. Le thrips des petits fruits (Frankliniella occidentalis) et le thrips de l'oignon (Thrips tabaci) sont les espèces qui causent le plus de dommages dans les serres au Québec. Cependant, toutes les espèces de thrips ne sont pas nuisibles. Certaines dévorent des petits insectes (incluant d'autres thrips) et des acariens. Le thrips à six points (Scolothrips sexmaculatus), par exemple, s'attaque aux tétranyques. Enfin, plusieurs se nourrissent uniquement de spores de champignons, de mousses, d'algues ou de lichens et vivent dans la litière du sol ou sur le bois mort.

Les thrips phytophages s'attaquent à une vaste gamme de plantes ornementales et vivrières. Ces insectes grégaires percent les cellules des feuilles, des fleurs, des tiges, des bourgeons et des fruits puis en aspirent le contenu. Les tissus endommagés présentent des taches, des rayures ou des cicatrices et sont souvent déformés. En plus d'affaiblir les végétaux, les thrips peuvent leur transmettre des maladies virales.

Signes et symptômes

  • Les thrips percent les tissus végétaux à l'aide de leur mandibule modifiée, puis en aspirent les sucs. Les cellules vidées se remplissent d'air, ce qui provoque l'apparition de minuscules taches blanches ou argentées. Lorsqu'elles sont nombreuses, les taches prennent la forme de stries longitudinales argentées sur le feuillage. Les fleurs endommagées présentent des mouchetures pâles ou foncées, selon la couleur des pétales (les fleurs blanches semblent plaire davantage aux thrips). Les tissus attaqués sont souvent déformés. Ils peuvent se dessécher et tomber prématurément.
  • Les thrips s'alimentent souvent à l'intérieur des bourgeons en développement. Leurs dommages ne sont visibles qu'à l'épanouissement des feuilles et des fleurs : les feuilles sont malformées, naines ou rabougries; les pétales sont tachetés et déformés. Les bourgeons peuvent également avorter ou ne s'ouvrir que partiellement.
  • Les excréments des thrips (petits dépôts noirs et luisants) sont généralement visibles sur les tissus endommagés.
  • Les thrips se nourrissent également du nectar et du pollen de plantes telle le saintpaulia, entraînant la sénescence (vieillissement) prématurée des fleurs.
  • Les dégâts de ponte et d'alimentation des thrips se manifestent par la présence de cicatrices liégeuses, de rayures ou de taches sur les fruits et/ou par leur déformation.
  • Ces insectes peuvent également endommager les bulbes entreposés. Les plantes qui en sont issues sont chétives et leur floraison réduite.
  • Certaines espèces induisent la formation de galles chez leurs hôtes.
  • Les attaques de ces insectes affaiblissent les végétaux et réduisent leur croissance.
  • Certains thrips peuvent transmettre des maladies virales aux végétaux.

Nom latin

Catinathrips, Frankliniella, Heliothrips, Hercinothrips, Neohydathothrips, Taeniothrips, Thrips, etc.

Plantes hôtes

Plantes d'intérieur : bégonia, croton, crassula, cyclamen, datura, dieffenbachia, ficus, fuchsia, gerbera, gloxinia, hibiscus, impatiente, orchidées, rhododendron, saintpaulia, streptocarpe, yucca, etc.

Annuelles, vivaces et bulbes : aster, chrysanthème, dahlia, géranium, glaïeul, hémérocalle, iris, lis, muflier, œillet, pétunia, pivoine, pois de senteur, verveine, zinnia, etc.

Arbres et arbustes : bouleau, érable, hydrangée, rosier, saule, tilleul, troène, etc.

Plantes légumières et fruitières : ail, asperge, bleuet, carotte, cerisier, chou, concombre, fraise, framboise, haricot, maïs, oignon, poirier, pommier, poivron, pois, pomme de terre, tomate, vigne à raisin, etc.

Cycle de développement

Description et cycle de développement

Les thrips appartiennent à l'ordre des Thysanoptères. Leur métamorphose est intermédiaire entre incomplète et complète. Leur cycle vital comprend habituellement six stades de développement : œuf, larve (deux stades), « prénymphe » et « nymphe » (stades pseudo-nymphaux) puis adulte.

Œufs : Ils sont réniformes (en forme de reins) et relativement gros par rapport à la taille de la femelle.

Larves : Elles ressemblent aux adultes, mais elles sont plus petites et aptères (dépourvues d'ailes). Elles sont souvent de couleur crème.

« Prénymphes » et « nymphes » : Elles ressemblent aux adultes. Les « prénymphes » ont des ailes atrophiées. Les « nymphes » possèdent des ailes plus développées et de longues antennes courbées vers l'arrière. Les organismes de ces deux stades ne se nourrissent pas et sont généralement immobiles.

Adultes : Ils mesurent 1 à 2 mm de longueur et ressemblent à des grains de riz. Ils sont généralement jaunes, bruns, noirs ou blancs. Les mâles sont habituellement plus petits que les femelles. Les thrips volent peu, mais leurs deux paires d'ailes plumeuses leur permettent d'être transportés par le vent sur de longues distances. Certaines espèces sont aptères. Les pièces buccales des thrips sont de type suceur.

Les thrips peuvent se reproduire par voie sexuée, mais ils le font principalement par parthénogenèse (sans fécondation par le mâle).

Les femelles peuvent pondre 150 à 300 œufs pendant leur courte vie (30 à 45 jours). Chez la plupart des espèces, la femelle insère ses œufs dans les tissus végétaux (feuilles, fleurs, pétioles, tiges tendres, bourgeons et fruits) à l'aide de son ovipositeur (organe de ponte). Les espèces qui ne possèdent pas d'ovipositeur pondent leurs œufs en surface du végétal. L'incubation dure entre 2 et 8 jours. La jeune larve (1er stade larvaire) s'alimente pendant quelques temps avant de subir une première mue. À la fin du deuxième stade larvaire, elle cesse de se nourrir, se laisse tomber au sol et s'y enfonce. Elle se transforme alors en « prénymphe », puis en « nymphe » avant de devenir adulte. Certaines espèces passent tout leur cycle de développement sur la plante hôte.

Selon les espèces, les thrips (souvent uniquement les femelles) peuvent hiverner sous forme adulte ou immature dans les débris végétaux, sous l'écorce des arbres et des arbustes, dans le sol ou entre les écailles des bulbes entreposés.

La durée du cycle biologique des thrips varie en fonction de chaque espèce et de la température. Plus le climat est chaud, plus le cycle est court. En général, l'insecte complète son cycle en 2 ou 3 semaines. Il y a plusieurs générations par année.

Prévention et contrôle

Conditions favorables

    • Les thrips préfèrent les conditions chaudes et sèches, mais peuvent tolérer un taux d'humidité élevé. La présence d'un film d'eau sur le feuillage et les fleurs leur nuit toutefois.
    • Les fertilisants riches en azote et les tailles drastiques stimulent la croissance rapide de pousses tendres qui attirent les thrips.
    • Les plantes qui sont stressées par un manque d'eau sont plus susceptibles d'être attaquées par ces petits insectes.
    Le vent est un facteur de dissémination important. Les thrips peuvent également voler, sauter, s'accrocher aux vêtements et aux cheveux des jardiniers ou être dispersés via les substrats de culture et les plantes infestés.

Dépistage

  • Inspecter régulièrement le feuillage et les fleurs des végétaux. Utiliser une loupe au besoin. Les thrips adultes étant plus actifs tôt le matin et en fin de journée, il est plus facile de faire le dépistage à ce moment-là. Ces insectes sautent, s'envolent ou se cachent dès qu'ils sont dérangés.
  • Secouer ou tapoter les fleurs et les bourgeons au-dessus d'une feuille de papier blanc pour déloger les insectes qui s'y cachent.
  • À l'intérieur: installer des pièges collants jaunes, blancs ou bleus (ces derniers semblent plus efficaces) à proximité des plantes sensibles pour attirer les adultes. Ces pièges sont disponibles dans les jardineries, mais il est possible d'en fabriquer en badigeonnant une substance collante (ex : gelée de pétrole) sur des bandes de carton jaune, blanc ou bleu. Il faut songer à nettoyer ou à remplacer les pièges périodiquement.

Mesures préventives

  • Éviter d'acheter des végétaux qui semblent attaqués par les thrips. Inspecter chaque nouvelle acquisition et isoler les sujets infestés.
  • Inspecter les bulbes avant leur entreposage.
  • Éliminer régulièrement les mauvaises herbes au jardin car plusieurs sont des plantes hôtes.
  • Éviter les tailles drastiques et les excès d'engrais azoté.
  • Maintenir la vigueur des plants en les arrosant en période de sécheresse prolongée et en les fertilisant adéquatement.
  • Ne pas réutiliser le substrat des plantes qui ont été attaquées par les thrips.
  • Désinfecter régulièrement les outils de coupe avec de l'alcool isopropylique à 70% (alcool à friction).
  • Poursuivre le dépistage afin de pouvoir intervenir rapidement.

Contrôle physique

  • Tailler et détruire les parties infestées. Ne pas les composter.
  • Déloger les insectes avec un jet d'eau puissant.
  • Rempoter les plantes d'intérieur infestées. Utiliser un nouveau terreau.
  • La taille régulière des fleurs fanées permet de réduire les populations de certains thrips, en éliminant des stades immatures avant qu'ils ne complètent leur développement.
  • À l'automne, ramasser et jeter les débris végétaux pour réduire la population hivernante.

Contrôle biologique

  • Les thrips ont de nombreux ennemis naturels : coccinelles, chrysopes, araignées, guêpes prédatrices et parasites, anthocorides (punaises prédatrices), etc. Encourager leur présence en cultivant une grande diversité de plantes et en évitant d'utiliser des pesticides.
  • En serre, l'introduction de prédateurs et de parasites naturels (Hypoaspis spp., Amblyseius cucumeris, Orius insidiosus, etc.) donne de bons résultats. Cette méthode de contrôle est plus difficile à appliquer à la maison.

Contrôle chimique

  • Les thrips développent rapidement une résistance aux pesticides. En outre, en raison de leur cycle de développement et de leur comportement, ils peuvent être difficiles à atteindre.
  • En dernier recours, utiliser un pesticide à faible impact dont l'ingrédient actif est le savon insecticide. Il importe de bien couvrir le revers des feuilles, les jeunes pousses et les bourgeons. Il est préférable de faire l'application tôt le matin ou en début de soirée, moments où les thrips sont les plus actifs et donc les plus susceptibles d'entrer en contact avec le produit.

Add this

Partager cette page