Menu global

Changements climatiques

Français
Viburnum sargentii.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

Le symbole le plus frappant des risques de perte de biodiversité dû aux changements climatiques est l’ours polaire dont l’habitat naturel est fortement altéré par l’augmentation des températures. Cependant, une multitude d’autres espèces est affectée par les changements climatiques. Ceux-ci ont déjà un impact sur la biodiversité mais on anticipe que cet impact augmentera progressivement au cours des prochaines décennies.

Chaque degré de fluctuation de la température moyenne de l’air d’une région entraîne un déplacement des zones écologiques au sol d’environ 160 km mais les écosystèmes et leurs espèces constituantes ne peuvent pas suivre, et cela peut entraîner leur disparition. On anticipe que l’augmentation des températures moyennes forcera la migration d’espèces vers de plus hautes latitudes (vers les régions polaires) et de plus grandes élévations. En haute altitude où les espèces sont déjà acculées à l’extrémité de leur habitat, cette augmentation accroît la probabilité d’extinctions locales ou globales. On a déjà constaté des changements dans les périodes de floraison, dans les migrations et dans les distributions d’espèces à l’échelle planétaire. De telles modifications peuvent entraîner des déséquilibres dans les écosystèmes en modifiant les relations entre espèces telles que les systèmes de pollinisation, les chaînes alimentaires, les relations hôte-parasite coévolutives et la distribution d’organismes porteurs de maladies.

Les textes de cette section proviennent du Centre sur la biodiversité de l'Université de Montréal.