Menu global

Mon jardin

Créez votre oasis pour les monarques

Français
Eupatoire maculée, une plante vivace attirant les papillons et les pollinisateurs
Credit: Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)

Les papillons monarques sont d’exceptionnels migrateurs. Chaque été, en juin, les femelles prennent d’assaut nos régions à la recherche d’asclépiade, la seule plante hôte où elles pondent leurs œufs.

Autrefois abondante dans les champs et terrains vagues, cette plante se fait plus rare aujourd'hui. Il existe en effet de moins en moins de terrains à l’abandon dans nos villes et la disparition graduelle de cet habitat partout en Amérique du Nord présente un réel danger pour les monarques.

Vous pouvez poser un geste concret pour assurer leur survie en leur aménageant chez vous une oasis, un jardin fleuri où ils pourront se reproduire et se nourrir en vous offrant un délicieux spectacle.

Cinq étapes faciles pour attirer ces papillons chez vous

Avant de commencer l’aménagement de votre oasis pour les monarques, nous vous invitons à lire la fiche Principes de base du jardinage écologique.

Étape 1 – Choisir le meilleur endroit

Un endroit accueillant

Les papillons aiment les endroits calmes. Aménagez votre jardin dans un coin tranquille ensoleillé et à l’abri du vent. Favorisez la présence d’éléments qui emmagasinent la chaleur du soleil, comme les pavés, les murets et les pierres naturelles. Les monarques s’y chaufferont lors des journées fraîches.

Un grand terrain n’est pas nécessaire. Un coin de cour, quelques contenants sur un balcon ou une terrasse suffisent.

Étape 2 – Planter les végétaux appropriés

Choix numéro un : l’asclépiade

L’asclépiade est essentielle à la reproduction des monarques. Les femelles ne pondent que sur cette plante, qui constitue l’unique source de nourriture des chenilles. Il existe plusieurs espèces indigènes d’asclépiades, telles que l’asclépiade commune (Asclepias syriaca) ou l’asclépiade incarnate (Asclepias incarnata).

Diversité de végétaux

Les monarques adultes s’alimentent en butinant le nectar des fleurs. Une bonne variété de plantes nectarifères est un atout précieux pour votre jardin. Si l’espace le permet, diversifiez vos plantations en optant pour des vivaces et des annuelles, ainsi que des arbres et des arbustes.

Favorisez les plantes indigènes, qui sont résistantes, bien adaptées à notre climat et nécessitent peu d’entretien.

Voici quelques suggestions d’espèces végétales qui vous permettront d’attirer les monarques et les autres pollinisateurs dans votre jardin.

  • achillée millefeuille (Achillea millefollium)
  • cosmos à grandes fleurs (Cosmos bipinnatus)
  • digitale pourpre (Digitalis purpurea)
  • verge d’or graminifoliée (Euthamia graminifolia aussi appelée Solidago graminifolia)
  • alysse odorante (Lobularia maritima)
  • monarde fistuleuse (Monarda fistulosa)
  • aster de la Nouvelle-Angleterre (Aster novae-angliae, aussi appelé Symphiotrichum novae-angliae)
  • liatris à style ligulé (Liatris ligulistylis)

Si vous disposez d’un espace suffisant vous pouvez compléter votre oasis en plantant quelques arbres et arbustes tel que :

  • lilas commun (Syringa vulgaris)
  • pommetier (Malus cv.)
  • cerisier de Pennsylvanie (Prunus pensylvanica)

Même s’il peut être très attirant de planter des espèces tropicales comme des Buddleias, ces plantes ont peu de chance de survivre à nos hivers trop rigoureux. 

Vous pourrez vous procurer ces espèces végétales auprès de pépinières spécialisées. Certaines espèces indigènes sont également en vente à la boutique du Jardin botanique de Montréal.

Étape 3 – Entretenir le jardin

Préserver la vie

Avant tout, il est très important de ne pas utiliser de pesticides. Ces produits peuvent tuer les chenilles et les papillons, sans compter les autres insectes bénéfiques.

Évitez aussi d’épandre des insecticides aux abords du jardin, car ils peuvent dériver vers l’habitat des papillons. Si un problème de ravageurs, de maladies ou d’herbes indésirables survient, appliquez des méthodes culturales, physiques, mécaniques et biologiques pour vous en débarrasser. En dernier recours, utilisez des pesticides à faible impact.

Pour plus d’information :

Fertilisez vos plantes au besoin avec des engrais naturels

Pour plus d’information :

Songez à diversifier les espèces de plantes, afin d’assurer un meilleur équilibre écologique de votre jardin.

Étape 4 – Éloigner les prédateurs

Chats et chiens : danger!

Les papillons n’aiment pas se faire pourchasser par les chats et les chiens. Si possible, ne les laissez pas entrer dans votre jardin à monarques.

Être tolérant avec les oiseaux

Même si les chenilles et les adultes du monarque ne sont pas comestibles pour les oiseaux, ceux-ci peuvent cependant s’attaquer à d'autres insectes présents dans votre jardin. Toutefois, ils jouent un rôle de contrôle des populations qui peut être très utile.

Étape 5 – Profiter de l’été avec les monarques

Lieu d’observation

Une oasis pour les monarques est une source constante de découverte pour l’observateur curieux. Visitez-la souvent pour y voir évoluer la végétation et contempler ses nombreux habitants.

Un geste pour l’environnement

La création d’un jardin accueillant pour les monarques constitue un geste positif et concret pour la sauvegarde de l’environnement. En privilégiant un aménagement bien fourni, vous réduisez également l’utilisation de la tondeuse à gazon et du même coup la pollution sonore et l’émission de gaz nocifs.

Pour aller plus loin :

Add this

Partager cette page