Menu global

Carnet horticole et botanique

Culture du rhododendron

Français
Le Jardin Leslie-Hancock abrite la collection de rhododendrons et d'azalées du Jardin botanique.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)

Les rhododendrons nécessitent peu d'entretien. Deux règles d'or doivent cependant être respectées pour réussir leur culture : le choix de l'emplacement et la préparation adéquate du sol avant la plantation.

Choisir le bon emplacement

L'endroit idéal pour planter les rhododendrons est mi-ombragé à ensoleillé. Il doit également être à l'abri des vents dominants, particulièrement des vents d'hiver auxquels les rhododendrons sont très sensibles.

La lumière

La plupart des rhododendrons à grandes feuilles persistantes préfèrent les emplacements semi-ombragés. Un ensoleillement trop direct, particulièrement en hiver, est à éviter, les arbustes risqueraient alors de se déshydrater et de voir leurs feuilles brunir puis tomber. Certains arbres aux racines profondes et au feuillage clairsemé comme le pin ou le chêne peuvent offrir l'ombrage dont ils ont besoin. Une plate-bande située devant une façade orientée à l'ouest ou encore à l'est ou au nord sera un emplacement idéal à condition qu'elle soit abritée des vents.

La protection contre le vent

S'ils apprécient les endroits aérés, les rhododendrons ne supportent pas une exposition au vent en permanence, surtout pour les espèces à grandes feuilles persistantes. Durant l'hiver, les vents froids et desséchants de l'ouest sont particulièrement à craindre. Une haie de conifères constitue le brise-vent idéal et favorise en hiver l'accumulation d'une couverture de neige isolante.

La préparation du sol

Les rhododendrons, comme toutes les Éricacées, sont très exigeants quant à la qualité du sol. Leur système radiculaire est constitué de très fines racines superficielles sensibles à la fois à la sécheresse et aux excès d'eau. Ils requièrent donc un sol aéré, bien drainé et riche en matières organiques. Le sol doit être composé idéalement de 50 % de matières organiques et de 50 % de terre de jardin un peu sablonneuse. Les rhododendrons étant des plantes acidophiles, le pH du sol doit être vérifié et réajusté si nécessaire pour atteindre des valeurs comprises entre 4,5 et 5,5. L'utilisation de soufre ou de sulfate de fer (et non de sulfate d'aluminium) permettra d'acidifier le sol.

Selon la nature du sol du jardin, quelques interventions seront donc indispensables pour répondre aux besoins des rhododendrons.

Sol trop sablonneux : incorporez de la matière organique, de la mousse de tourbe et un minéral acidifiant (ex. : le soufre) sur une profondeur de 60 cm en mélangeant bien les différents composants.

Sol trop argileux : le traitement est le même que pour les sols trop sablonneux, avec un ajout supplémentaire de sable grossier. Pour favoriser le drainage, surélevez la plate-bande de 20 cm; vous pouvez la ceinturer d'un muret ou planter quelques plantes d'accompagnement sur la dénivellation pour protéger de l'érosion.

Sol extrêmement argileux : excavez le parterre sur 60 cm de profondeur et ajoutez le sol approprié en surélevant les plantations d'au moins 20 cm. Il est de plus recommandé de poser un drain agricole, peu coûteux et facile à installer, qui favorisera un bon drainage du sol.

La plantation

Le printemps est la période idéale pour la plantation ou la transplantation des rhododendrons. Avant la plantation, assurez-vous que les racines du plant ne sont pas trop compactées et que la motte de terre qui les entoure est suffisamment humide.

Le plant doit être positionné de telle sorte que le collet (la base des tiges principales) arrive au niveau du sol. En compactant légèrement la terre de remplissage, formez une cuvette qui retiendra l'eau.

Les arbustes bénéficieront d'une protection hivernale l'année de leur plantation.

Add this

Partager cette page