Menu global

Destruction des habitats

Français
Forêt tempérée pluvieuse, au sentier du lac Garibaldi en Colombie-Britannique, Canada.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

Le principal responsable des pertes de biodiversité est la détérioration et la transformation continuelles des habitats naturels. L’augmentation de la population et de ses exigences de consommation a, chaque année, un plus grand impact sur les espaces naturels. Ceux-ci sont rasés pour récolter du bois d’œuvre ou pour faire place à la production agricole, au développement urbain ou aux sites industriels. La pollution et la désertification aggravent aussi le problème. En milieu marin, des pratiques de pêche non-durables, telles que le chalutage, sont responsables de la destruction d’habitats à grand échelle.

En plus des pertes de biodiversité, la destruction ou la dégradation d’habitats naturels peut avoir d’autres conséquences, telles qu’une forte diminution de la résistance du terrain aux catastrophes naturelles.

Il est important d’encourager la préservation d’écosystèmes représentatifs mais cela est loin d’être suffisant. Il est vital que tous les espaces soient gérés de façon durable.

Des pistes de solutions

En plus de mettre en place une gestion durable des espaces et du développement, il est important de prendre des mesures pour stimuler le rétablissement de la biodiversité dans les habitats dégradés ou menacés. Bien que la restauration d’un habitat à son état d’origine soit souvent impossible, les efforts de re-verdissement peuvent, à long terme, produire de bons résultats du point de vue de la biodiversité. Les sites dont la biodiversité est menacée par leur isolement (par des routes, des zones agricoles ou urbaines, etc.) et leur petite taille peuvent être reconnectés au moyen de corridors verts, de haies sauvages et de rives protégées. De telles mesures facilitent aussi la mobilisation de certaines espèces améliorant, de ce fait, leur adaptabilité aux changements climatiques.

Les textes de cette section proviennent du Centre sur la biodiversité de l'Université de Montréal.

Add this

Partager cette page