Menu global

Dominique Rankin

Français

Conférence Anicinape Matisi8in, le Cercle de la vie; une vision de la nature chez les Premières Nations

Mercredi, 10 octobre 2012, 19h

Le Cercle de la vie est à la base de la culture algonquine et c’est un vaste symbole des innombrables interactions de tous les éléments qui composent la vie. Il inclut les quatre grands peuples du monde – jaune, rouge, noir et blanc – qui forment un grand cercle familial. Les quatre points cardinaux, représentés par quatre esprits sacrés, la Tortue, l’Aigle, l’Ours et le Bison, évoquent respectivement le Féminin, l’Équilibre, la Force et la Paix. L’être humain fait partie intégrante de ce Cercle et ne doit jamais s’en exclure. Même si aujourd’hui nous perdons parfois de vue nos liens avec la Terre Mère, nous devons rester dans le Cercle car, si la Terre Mère souffre, nous souffrons aussi.

Le Cercle de la vie est aussi un Cercle de médecine, la santé humaine reposant sur un juste équilibre des éléments qui la composent : le corps, le cœur et l’esprit. Se reconnecter à la Terre Mère et la protéger, veut aussi dire prendre soin de soi; donner à son corps, à son cœur et à son esprit ce dont ils ont besoin pour s’épanouir et participer à l’unicité de la vie.

À propos du conférencier

Dominique Rankin est un chef héréditaire algonquin et un homme de médecine. Originaire de l’Abitibi, il a été Grand Chef de la nation algonquine. En 2006, il a été admis au cercle restreint des 49 hommes de médecine reconnus au Canada. Depuis ce temps, Kapiteotak (son véritable nom de naissance et son nom spirituel) se consacre à l’enseignement du savoir traditionnel aux peuples Anishinabeg (peuples de la grande famille algonquine) afin de les reconnecter à leurs racines. Il partage également ses connaissances avec des personnes de toutes origines, désireuses de découvrir la philosophie simple et profonde de ses ancêtres. Dominique Rankin a coécrit avec Marie-Josée Tardif une autobiographie relatant ses années de jeunesse dans les pensionnats indiens, On nous appelait les Sauvages. Son récit est un vibrant témoignage sur le pardon et la réconciliation.