Menu global

Carnet horticole et botanique

Fougères pour coins sombres et secs

Français
Dryoptère fougère-mâle.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Roméo Meloche)  

Aucune des fougères qui nous sont familières ne saurait tolérer des conditions de sécheresse prolongée sans perdre l'aspect de santé de son feuillage.

Par contre, certaines d'entre elles peuvent s'accommoder de la compétition des plantes avoisinantes et croître au pied d'une haie par exemple, telle la dryoptère fougère-mâle (Dryopteris filix-mas), alors que notre polypode de Virginie indigène ou « tripe-de-roche » (Polypodium virginianum) s'installe sur des corniches rocheuses qui rappellent son habitat bien drainé et sa tolérance à des périodes de sécheresse inopportunes.

 

Texte adapté d'un article de Michel-André Otis, Quatre-Temps, vol. 18, no.2.