Menu global

Gestion des collections

Français
Sumac à vernis (Toxicodendron vernix), une plante rare du Québec.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Robert Mineau)

La politique de gestion des collections élaborée en 2003 et révisée en 2005 depuis vise à décrire les lignes de conduite qui orientent le développement des collections. Elle permet ainsi de préciser comment doivent être faites les acquisitions, la façon de les enregistrer et de les documenter et définit les interventions à prioriser quant à leur maintien ou leur aliénation.

Cette politique vise également à déterminer quel est le sort à réserver aux plantes envahissantes, commerciales, indigènes ou rares. Elle définit aussi des normes en ce qui a trait à l'acquisition de nouvelles plantes. Par exemple, que fait-on avec les plantes récoltées en nature, celles achetées en pépinière et celles acquises par des échanges entre jardins?

Nonobstant cette politique, certaines pratiques favorables à la biodiversité sont déjà ancrées depuis longtemps dans les habitudes du Jardin.

Par exemple, toute plante qui entre au Jardin botanique de Montréal fait l'objet d'un suivi rigoureux. L'identification et l'étiquetage sont fait de façon scientifique, et tout ce qui arrive dans la vie d'une plante du Jardin est noté. Ainsi, quiconque veut faire des recherches sur des espèces présentes au Jardin peut avoir toutes les informations sur ces plantes dans la base de données. De plus, lors de l'acquisition d'une plante, le Jardin favorise toujours une plante dont on connaît l'origine précise. Pour les plantes sauvages, celles récoltées en nature sont donc préférées à celles venant d'une pépinière puisque le pépiniériste peut rarement indiquer la provenance de la plante.

Parmi les presque 12 000 espèces de plantes présentes au Jardin botanique de Montréal, près de 100 espèces sont considérées rares ou menacées à l'échelle mondiale par l'Union mondiale pour la nature (UICN).

Les plantes nouvellement acquises répertoriées par l'Union mondiale pour la nature dans sa banque de données des espèces rares et menacées (Red List) sont désormais identifiées comme telles sur les plaquettes d'identification pour le public avec la mention UICN.

Les associations et organismes de conservation auxquels le Jardin botanique de Montréal adhère et participe sont indiquées dans la liste de liens jointe dans ce site Web.

Add this

Partager cette page