Menu global

Carnet horticole et botanique

Histoire

Français
Euphorbia pulcherrima 'Gutbier V-14 Pink'
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

L'histoire moderne de cette plante ornementale débute en 1825 avec l'entrée en fonction de l'ambassadeur des États-Unis, le Dr. Joel Roberts Poinsett dans la nouvelle République du Mexique. Cette affectation était loin d'être une sinécure car le pays était alors plongé dans une révolution perpétuelle. Il faut souligner que le docteur Poinsett était un ambassadeur un peu particulier; c'était un collectionneur de plantes.

Durant les quatre années où il fut en poste, Poinsett put acquérir, au cours de ses nombreuses excursions à travers la campagne mexicaine, une expertise sur la flore locale. Il récolta, à travers ses nombreuses herborisations, des graines, des bulbes et des plantes, qu'il envoya aux États-Unis, dans le jardin de sa famille à Greenville en Caroline du Sud. Parmi les innombrables spécimens découverts, il remarque une euphorbe aux bractées rouges. Robert Buist, un pépiniériste assez connu de Philadelphie, acquit, à son tour, quelques spécimens de cet arbuste. La production commerciale des poinsettias débuta en 1828. Buist eut le mérite de reconnaître les possibilités commerciales de cet arbuste à floraison hivernale, de propagation assez facile. Quelques années plus tard le poinsettia se retrouvait en vente durant le temps des fêtes dans les régions de Philadelphie et de New York.

Une famille d'horticulteur a profondément marqué la culture des poinsettias. C'est en 1902 que Albert Ecke émigra de Suisse en Californie. Au cours des années suivantes, il entreprit avec l'aide de ses fils Hans et Paul le commerce de la fleur coupée. Un peu plus tard, le père Ecke et ses fils, pour satisfaire un marché en pleine expansion, diversifièrent leur entreprise en expédiant des boutures enracinées aux horticulteurs du nord-est des États-Unis.

À la mort du père, en 1919, Paul se préoccupa de fournir des plants à des horticulteurs de l'est des États-Unis. Il se déplaça à travers le pays pour promouvoir cet arbuste et aussi enseigner aux horticulteurs la façon de le faire fleurir à Noël. Dans les années 20, Paul Ecke fit l'acquisition d'un ranch à Encinitas, près de San Diego, et ce lieu demeure encore aujourd'hui la capitale mondiale du poinsettia.

Les horticulteurs ont développé de nombreuses variétés, cultivées dans un choix de grandeurs, de formes et de couleurs. Il semble que les variétés modernes proviennent d'un seul cultivar, le 'Oak Leaf' obtenu par une dame Enterman de Jersey City. De 1923 à 1960, toutes les principales variétés commerciales descendaient de ce cultivar de madame Enterman. Ce cultivar fut le premier à conserver une partie de ses feuilles durant la floraison. Avant cette introduction, les poinsettias présentaient leurs bractées colorées sur des tiges élevées et dégarnies de feuilles.

À partir de ce cultivar, Paul Ecke développa la variété 'Ruth Ecke', puis en 1945, la variété 'Ecke White'. Cette dernière fut consacrée premier véritable cultivar à conserver feuilles et bractées durant toute la floraison aussi bien dans les serres de production que dans les conditions difficiles des maisons.

En 1964, un horticulteur de l'Ohio, Jim Mikkelson, présente une nouvelle variété fort intéressante, la 'Paul Mikkelson'. Ce cultivar, de longue durée et à tige rigide, connut une succession de mutations qui conduisit à l'apparition de spécimens à bractées roses, panachées ou blanches ('Mikkel Swiss'). Ces nouveaux cultivars constituèrent un groupe fort apprécié vers les années 1967-1969.

À partir d'une mutation du cultivar 'Paul Mikkelson', fut développée par la firme Rochford d'Angleterre, une nouvelle variété particulièrement fournie et désignée 'Mikkel Rochford'.

Le cultivar 'Eckespoint C-1', à tige trapue et à longues bractées horizontales atteignant jusqu'à une trentaine de centimètres de diamètre, fut introduit sur le marché par la firme Paul Ecke, en 1967. Comme pour les autres cultivars, on développa ultérieurement des inflorescences à bractées roses, panachées et blanches. Ces cultivars prirent une part considérable du marché au début des années 70.

Durant la même période, une firme norvégienne introduisit une variété extrêmement vivace à bractées rouges intensives, la 'Hegg 67', dénommée peu après 'Annette Hegg', laquelle se trouve aussi avec des bractées roses, panachées et blanches.

Une mutation récente de 'Eckespoint C-1', découverte dans les serres de la firme Fantom & Gahs de Baltimore, présentant des bractées rouges avec des marbrures roses, fut commercialisée sous le nom de 'Jingle Bells'.

Plus récemment, les cultivars 'Mikkel Pink Rochford', 'Eckespoint C-1' et 'Annette Hegg Dark Red' ont produit des mutants à bractées roses uniformes et l'hybridation ne cesse de produire de nouvelles teintes intéressantes.

Les poinsettias, que l'on achète chez le marchand ou qui sont exposés dans les plates-bandes des centres commerciaux ou des jardins intérieurs, sont des cultivars de taille très réduite obtenus par des horticulteurs scandinaves et californiens. Les poinsettias sont des plantes buissonnantes à floraison hivernale. Les variétés actuelles demeurent modestes et dépassent rarement 50 cm de haut.

La section bibliographie et références offre des lectures intéressantes pour en apprendre davantage sur l'histoire moderne du poinsettia.

Add this

Partager cette page