Menu global

Insectes et autres arthropodes

Il y en a plus ou moins cette année?

Français
Il est possible que certaines espèces de papillons soient plus visibles dans une région que dans une autre, car les conditions de température et d’humidité, qui assurent le développement de ces insectes, varient d’une région à l’autre. La présence de plantes hôtes et nectarifères est aussi un facteur important qui affecte la survie de ces insectes sensibles aux conditions environnementales.
Crédit photo : Insectarium de Montréal (Marjolaine Giroux)

Y a-t-il plus de fourmis, de moustiques cet été? Les papillons semblent moins nombreux que par les années passées? Les araignées sont-elles plus abondantes? Ces questions surgissent habituellement au début de l'été, pour les fourmis et les moustiques, et au début de l'automne pour les guêpes sociales. Mais qu’en est-il vraiment?

Qu’il s’agisse de moustiques, de fourmis, de guêpes ou de papillons, il est à peu près impossible de savoir si ces insectes sont plus nombreux d'une année à l'autre. Pour ce faire, il faudrait que des chercheurs suivent l'évolution de leurs populations d'année en année et ce, dans les différentes régions. Certains insectes ravageurs importants, comme la tordeuse des bourgeons de l'épinette, méritent une telle attention en raison de leur impact sur notre économie. Ce n'est toutefois pas le cas des insectes considérés comme bénéfiques (hormis leurs piqûres ou leur comportements dérangeant) et ne causant pas de dommages aux cultures maraîchères ou à l’industrie forestière.

Add this

Partager cette page