Menu global

Insectes et autres arthropodes

Mante religieuse

Français
Mantis religiosa

Groupe d'onglets

Description

Ce gros insecte dont la teinte varie de vert pâle à brun grisâtre mesure de 4,7 à 5,6 cm de long. On le reconnaît facilement à ses pattes antérieures caractéristiques, dites pattes ravisseuses, adaptées pour capturer les proies, et à son long « cou », ou prothorax.

La tête très mobile porte une paire d'antennes et se termine par une petite bouche. Grâce à ses gros yeux composés et à trois ocelles, la mante religieuse jouit d'une vue exceptionnellement bonne pour un insecte.

Deux paires d'ailes sont attachées au thorax. Des ailes antérieures longues et étroites protègent la seconde paire d'ailes, habituellement repliées, qui s'ouvrent comme des éventails.

Les femelles sont nettement plus grandes que les mâles.

Cycle de vie

Les mantes religieuses s'accouplent à la fin de l'été. Lors de la ponte, la femelle fabrique une structure protectrice, l’oothèque, pour y déposer ses œufs. Une seule fécondation permet à la femelle de produire jusqu'à une douzaine d'oothèques, qui contiennent chacune des dizaines ou des centaines d'œufs. Les oothèques sont fixées à des tiges, des branches ou des pierres.

Les adultes meurent avec les premiers gels. Les œufs passent l'hiver à l'abri dans les oothèques et les larves émergent au printemps. Les jeunes ressemblent aux adultes, mais ils sont dépourvus d'ailes à leur naissance. Ils devront muer environ cinq à sept fois avant d'atteindre le stade adulte.

On compte une seule génération de mantes religieuses par année.

Distribution géographique

Cet insecte européen a été introduit dans l’État de New York en 1899. On le trouve aujourd'hui au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Il est également établi dans le sud et l'est des États-Unis.

Consultez