Menu global

Inspiration des architectes

Français
Les cônes sont des sortes de mégatélescopes, métaphores de notre relation avec le ciel
Credit: Raymond Jalbert

Rarement se présente-t-il une occasion de concevoir un planétarium au Québec, surtout sur un site au passé aussi riche! La particularité du projet, son caractère unique ont immédiatement attiré l’attention de la firme lauréate. Initialement, le concept d’un planétarium devait présenter une perspective futuriste, mais en y repensant, les créateurs ont modifié leur approche :

« Pour la plupart d’entre nous, la première rencontre consciente que nous avons eue avec le ciel a été vécue à l’écart des centres urbains, au coeur de la nature, en forêt à l’orée d’une clairière ou sur le bord d’un lac non développé, la nuit. Nous étions conscients que le ciel [est] un immense tableau représentant la grandeur infinie de la voûte céleste, mise en scène par un nombre incalculable d’astres. […] Notre proposition offre pour cette raison un contact privilégié avec la nature : vues développées sur le ciel, vues sur une nouvelle végétation et vues sur un nouveau sol dévoilé. Il est primordial pour nous de lier l’expérience du ciel à la rencontre de la nature. » (Cardin Ramirez Julien)

Les cônes du bâtiment sont ainsi devenus des métaphores de cette relation avec le ciel, sortes de mégatélescopes qui abritent les deux théâtres des étoiles, placés au cœur du projet. Pour fusionner l’expérience de l’astronomie à celle de la nature, une attention particulière a été accordée à la « naturalisation » de l’environnement intérieur et extérieur :

  • l’entrée principale du bâtiment s’ouvre sur une passerelle qui chevauche la cour intérieure, petit havre naturel abritant une plantation d’arbres;
  • le bois, élément naturel par excellence, a été privilégié et travaillé pour conférer chaleur et poésie à la structure, se liant même au thème, telles les lattes qui rappellent les anneaux de Saturne;
  • le toit végétalisé invite à une exploration nature par ses trois points d’accès.

Intégrer le planétarium au site bétonné existant a présenté plusieurs défis. Profitant cependant de l’achalandage naturel de proximité, la structure s’est développée comme une plissure de la dalle, rehaussée pour former les cônes et le toit, et raplatie pour se fondre à nouveau dans son élément d’origine. Ainsi intégré, le bâtiment devient un point d’intérêt et participe pleinement à l’activité humaine sur le site. Il crée véritablement un espace pour la vie.