Menu global

Jardin des Premières-Nations

Français
Jardin des Premières-Nations
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

Les autochtones partagent leur vision de la nature

Le Jardin des Premières-Nations, ouvert au public le 3 août 2001, présente les rapports que les Amérindiens et Inuits entretenaient et entretiennent toujours avec le monde végétal. Évoquant un environnement naturel, ce jardin constitue la première infrastructure de cette importance sur le territoire montréalais dédié aux Premières Nations du Québec. Ce jardin d'une superficie de 2,5 hectares est l'aboutissement de trois années d'efforts et la concrétisation d'un rêve inachevé du frère Marie-Victorin.

Le site prévu du Jardin des Premières-Nations comptait déjà un massif boisé très diversifié. Actuellement, le jardin est composé de plus de 300 espèces végétales différentes ayant nécessité la plantation de 5 000 arbres, arbustes et graminées. Le Jardin des Premières-Nations est situé en plein coeur du Jardin botanique et est compris entre le Jardin de Chine, le Jardin japonais, les étangs, le Ruisseau fleuri et le Jardin alpin.

La découverte de la culture des premiers habitants d'Amérique

Lieu de connaissances et de rencontres entre les cultures, le Jardin des Premières-Nations permet d'une part à la population québécoise de découvrir ou de redécouvrir la culture des premiers habitants d'Amérique, et assure d'autre part aux Premières Nations la diffusion de traditions, de savoirs et de savoir-faire. Le Jardin botanique et un comité de représentants des Premières Nations, mis sur pied spécifiquement pour ce projet, ont travaillé en étroite collaboration sur un ensemble d'orientations et de paramètres lors de la conception et la réalisation de jardin.

Le porte-parole

Florent Vollant, auteur-compositeur interprète d'origine innue, a chaleureusement accepté d'être le porte-parole du Jardin des Premières-Nations, « dans un esprit de partage et de respect des différences, et pour abolir la frontière de l'ignorance et de l'intolérance entre les autochtones et les non-autochtones ».

Le Jardin des Premières-Nations est un jardin contemporain plutôt que folklorique, inspiré des cultures amérindiennes et inuites. Il met en valeur non seulement les connaissances botaniques des Amérindiens et des Inuits, mais aussi les activités des Premières-Nations en lien avec le monde végétal : la cueillette des plantes alimentaires et médicinales, l'utilisation du bois et des arbres pour la fabrication d'objets, le transport, la construction d'habitations et la culture de plantes, principalement le maïs, les courges et les haricots.

Ces thèmes sont abordés de différentes façons : panneaux d'interprétation, bornes interactives, animations, spectacles, événements spéciaux, etc. Ces méthodes de diffusion, d'échanges et de communication prennent place dans l'une ou l'autre des cinq zones du jardin, soit la forêt de feuillus, la forêt de conifères, le territoire nordique, le pavillon d'interprétation et les aires de rassemblement. De plus, des sentiers, des bornes d'interprétation sur les végétaux et des visites guidées par des animateurs autochtones permettent une découverte éclairée de ce jardin thématique. On trouve aussi dans le pavillon une exposition permanente incluant un diaporama sur la vie contemporaine des autochtones.

Add this

Partager cette page