Menu global

Jardin nourricier

Français
Jardin nourricier

Vous souhaitez cultiver des légumes et des fines herbes? Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups et en profiter pour intégrer des végétaux qui nourrissent aussi les insectes pollinisateurs, les papillons et les oiseaux?

Qu’il s’agisse d’un potager traditionnel auquel des fleurs et des petits fruits sont intégrés ou d’un jardin d’ornement agrémenté de légumes et de fines herbes, la création d’un jardin nourricier vous permet non seulement de cultiver vos propres aliments, mais offre également le couvert aux insectes et aux oiseaux. De quoi nourrir la biodiversité! 

Vous n’avez qu’un balcon? Il est tout aussi facile de cultiver des plantes nourricières en contenants. 

 

Quels sont les critères à respecter pour obtenir la certification du jardin nourricier?

Pour faire certifier votre jardin nourricier, vous devez au minimum respecter les trois critères obligatoires ci-dessous : 

1. Cultiver une diversité de plantes comestibles (légumes, fines herbes, fleurs comestibles ou petits fruits), selon l’espace disponible.

2. Intégrer à l’aménagement une diversité de végétaux qui fournissent une source de nourriture variée pour la faune utile, tout au long de la saison : 

  • pour les insectes pollinisateurs : plantes nectarifères et pollinifères 
  • et/ou pour les papillons : plantes nectarifères et plantes hôtes
  • et/ou pour les oiseaux : plantes produisant des fruits ou des graines  

3. Entretenir le jardin de façon écologique : choisir des végétaux adaptés, nourrir les plantes avec du compost, utiliser l’eau judicieusement, faire preuve de tolérance face aux problèmes de ravageurs ou de maladies, etc.

Recommandations additionnelles :

  • Penser à intégrer des variétés « patrimoniales » ou « ancestrales ». Leur culture offre au jardinier le plaisir de découvrir des variétés peu communes et permet par la même occasion de préserver la diversité génétique de nos aliments.
  • Intégrer, autant que possible, des espèces indigènes à l’aménagement. Pour vérifier si une espèce est indigène au Québec, consulter VASCAN, la base de données des plantes vasculaires du Canada.
  • Pratiquer, si possible, la rotation des cultures.

 

Comment faire un potager?

Pour faire un potager, ou encore mieux, un jardin nourricier, rien de plus simple! Adaptez votre culture à l’espace dont vous disposez et osez mélanger les fines herbes avec les fleurs comestibles,  les petits fruits avec les plantes nectarifères, les légumes avec les fleurs! Vous profiterez non seulement d’une belle récolte, mais également d’une faune variée.

Avant de commencer l’aménagement de votre jardin nourricier, consultez  la fiche Principes de base du jardinage écologique. Assurez-vous aussi de respecter la règlementation de votre municipalité.

 

Étape 1 – Choisir l’aménagement qui vous convient

En fonction de vos goûts, de l’espace disponible, des caractéristiques du site et de votre expérience en jardinage, votre jardin nourricier peut prendre différentes formes. Voici quelques exemples :

  • potager traditionnel orné de fleurs et de petits fruits
  • jardin ornemental parsemé de plantes légumières et fruitières
  • potager en pot sur le balcon agrémenté de plantes nectarifères

Laissez libre cours à votre imagination!

 

Étape 2 – Créer un jardin diversifié

Un menu varié

Cultivez une diversité de plantes comestibles (légumes, fines herbes, petits fruits ou fleurs comestibles) qui plairont non seulement à votre palais, mais qui contribueront aussi à attirer une variété d’organismes utiles.

Pour inviter les abeilles, les bourdons et les autres insectes pollinisateurs dans votre jardin, intégrez des fleurs riches en nectar et en pollen. Plusieurs fines herbes peuvent jouer ce rôle si vous les laissez fleurir. Privilégiez les plantes à fleurs simples, car leur nectar et leur pollen sont généralement plus abondants et plus facilement accessibles aux pollinisateurs.

Pour que les papillons s’établissent à long terme dans votre aménagement, cultivez des plantes hôtes dont se nourrissent les chenilles, en plus des plantes nectarifères destinées aux adultes.

Pensez également à offrir le couvert aux oiseaux en plantant des végétaux qui produisent des fruits ou des graines.

Planifiez vos plantations de manière à avoir des végétaux en fleurs ou en fruits pendant toute la saison.

Pour en savoir plus

Les variétés patrimoniales ou ancestrales

Pensez à intégrer des variétés « patrimoniales » ou « ancestrales ». Leur culture offre au jardinier le plaisir de découvrir des variétés peu communes et permet par la même occasion de préserver la

Les belles de chez nous

Introduisez, autant que possible, des plantes indigènes du Québec dans votre aménagement. Ces espèces offrent abri, nourriture et lieu de reproduction à la faune indigène. Elles constituent également un ajout à la biodiversité végétale de votre jardin. Vous pouvez les intégrer à l’aménagement ou les planter en bordure.

Pour en savoir plus :

 

Étape 3 – Entretenir le jardin de façon écologique

Rotation des cultures

Pratiquez, si possible, la rotation des cultures afin de réduire l’incidence des maladies et des ravageurs. Cette technique consiste à ne pas cultiver le même légume (ni un légume de la même famille) dans le même emplacement deux années consécutives. Une rotation sur quatre ans est encore plus efficace, mais plus difficile à réaliser dans les petits jardins.

Compost et engrais naturels

Nourrissez le sol et les plantes avec du compost et, au besoin, des engrais naturels.

Pour en savoir plus :

Gestion de l’eau

La culture des plantes comestibles demande souvent beaucoup d’eau. Adoptez des pratiques permettant de diminuer les besoins en eau et améliorez vos techniques d’arrosage. Songez également à installer un baril pour récupérer l’eau de pluie.

Pour en savoir plus :

Tolérance

Comme votre jardin nourricier est un coin de verdure invitant pour la nature, il vous faudra accepter la présence des insectes, tels que les chenilles qui deviendront papillons, et apprendre à partager une partie de votre récolte avec les oiseaux!

Rappelez-vous que la vaste majorité des insectes sont inoffensifs ou même bénéfiques et qu’il n’est pas nécessaire d’intervenir à la vue d’une feuille rongée ou tachée. Les petites imperfections font partie intégrante de la beauté de la vie!

Les organismes utiles présents dans votre jardin contribuent au contrôle écologique des ravageurs. Si un problème d’insectes nuisibles, de maladies ou d’herbes indésirables nécessite une intervention de votre part, appliquez des méthodes de contrôle culturales, physiques ou mécaniques.  N’utilisez des pesticides à faible impact qu’en dernier recours.

Pour en savoir plus

Pour aller plus loin

 

Saviez vous que…

Les fleurs se transforment en fruits grâce au butinage des insectes pollinisateurs. Ces derniers contribuent en effet à transporter le pollen d’une fleur à l’autre. Ce «partenariat» fleurs-pollinisateurs est essentiel pour votre potager. En ajoutant des plantes fleuries, vous leur fournissez une source de nectar et de pollen. Une fois dans votre jardin, les pollinisateurs visiteront également vos plantes comestibles. Leurs fleurs seront pollinisées à leur tour, favorisant ainsi la production de légumes et de fruits. Un échange de services gagnant-gagnant!

Add this

Partager cette page