Menu global

Insectes et autres arthropodes

Les insectes et notre santé

Français
Lorsque vous mangez en plein air, vérifiez qu'une guêpe ne se cache pas dans votre nourriture. Vous pourriez la coincer accidentellement et provoquer une attaque.
Credit: Insectarium de Montréal (René Limoges)

Ils se nomment mouches noires, moustiques, puces, poux, punaises des lits et nous rendent parfois la vie difficile, quelquefois même insupportable. D’autres comme les guêpes sociales et les taons nous effraient simplement parce qu’ils volent autour de nous. Et que dire des araignées qui génèrent tant de phobies?

Les espèces d’arthropodes ayant un impact sur la santé humaine sont peu nombreuses, mais certaines peuvent transmettre des maladies infectieuses importantes. À l’inverse, des produits médicamenteux, extraits d’arthropodes, offrent un potentiel immense pour améliorer notre qualité de vie. Plusieurs pourraient même traiter des maladies telles le VIH et certains cancers.

Des vecteurs de démangeaisons et de maladies

Parce qu'elles se nourrissent de sang et qu'elles changent parfois d'hôtes, certaines espèces de puces, de moustiques et de tiques peuvent transmettre des maladies, dont la peste bubonique, la malaria et la maladie de Lyme. D’autres, dont le pou de tête, la punaise des lits et certains acariens provoquent d’importantes irritations cutanées qui, à leur tour, peuvent s’infecter.

Au Québec, très peu de maladies sont transmises par les arthropodes. Le virus du Nil occidental, apparu en Amérique du Nord en 1999, est désormais installé chez nous. Ce virus cause une encéphalite chez les oiseaux et les chevaux. Il ne faut toutefois pas s’alarmer outre mesure, puisque le risque pour la santé humaine demeure faible. Seulement quelques espèces de moustiques peuvent transmettre cette maladie.

Des alliés de notre santé

Au cours de leur évolution, il y a plus de 450 millions d’années, les arthropodes ont survécu à de nombreuses « agressions » environnementales. Pour se défendre et survivre, ils ont développé des produits extrêmement efficaces et salutaires.

Par exemple, le venin que l’abeille domestique utilise pour protéger sa colonie est composé de plusieurs produits chimiques. Or, des recherches ont démontré qu’une fois purifiés et synthétisés, certains de ces composants, dont la mellitine et la phospholipaseA2, pourraient être utilisés comme anti-inflammatoires et pour le traitement de certaines tumeurs cancéreuses.

Jusqu’à maintenant, peu de recherches utilisant des produits à base d’insectes ont été réalisées, mais l’avenir est prometteur et déjà certaines compagnies reconnaissent le potentiel de tels produits.

Voir aussi

Add this

Partager cette page