Menu global

Insectes et autres arthropodes

Les punaises des lits et la santé humaine

Français
Lorsqu’elle pique un humain à l’aide de ses pièces buccales spécialisées, la punaise des lits injecte un anticoagulant et un antidouleur directement dans un capillaire (minuscule vaisseau sanguin).
Crédit photo : Public Health Image Library (Piotr Naskrecki)

Chaque personne réagit de façon différente aux piqûres de la punaise des lits. Environ 20 % de la population ne présente aucune réaction. Pour certaines personnes, la sensation de démangeaison est immédiate et persiste pendant des heures. Pour d’autres, cette sensation est ressentie plusieurs heures après la piqûre, alors que sur le moment, celle-ci ne leur a fait aucun effet. Enfin, certaines personnes sont extrêmement allergiques.

L’insecte a tendance à piquer la figure et le cou ainsi que les bras et les jambes de son hôte. Habituellement, on observe un gonflement localisé, sans point rouge ou autres signes distinctifs. Toutefois, si plusieurs punaises se sont nourries sur une même région du corps, de petits points rouges peuvent apparaître après que le gonflement ait disparu.

Si une personne se gratte excessivement, une inflammation et des lésions corporelles peuvent apparaître et provoquer une infection. Dans un tel cas, un pharmacien ou un médecin saura proposer un traitement approprié.

Allergies possibles

Chez les personnes allergiques, l’inflammation ne se limite généralement pas au pourtour immédiat de la piqûre. Parfois, un simple contact avec les excréments des punaises, le sang régurgité ou la chitine qui forme l’exosquelette peut suffire à causer des démangeaisons. Selon des chercheurs, cette hypersensibilité pourrait expliquer que certaines personnes ont l’impression d’être encore piquées même si les punaises ne sont plus dans leur environnement depuis un certain temps.

Ce que vous devez savoir

  • On pourrait croire qu’une infestation de la punaise des lits est un signe de mauvaise hygiène. Il n’en est rien : les punaises ne font aucune différence entre les individus. Malheureusement, ce tabou « présence de punaise = malpropreté » contribue au malaise observé chez les personnes et les familles où l’insecte se manifeste.
  • La présence de la punaise des lits dans une maison est ainsi doublement dommageable : non seulement l’insecte cause-t-il des irritations corporelles aux personnes, mais il peut aussi entraîner de l’isolement et de l’anxiété par crainte des réactions négatives de l’entourage.
  • Malheureusement, il arrive souvent qu’une infestation de la punaise des lits demeure chose secrète. Sachez toutefois que la solution à ce problème nécessite la concertation de nombreux intervenants : professionnels de la santé et de la lutte parasitaire, locataires et propriétaires d’édifices à logements ou d’institutions diverses.

Add this

Partager cette page