Menu global

Odyssée des monarques

Français
Le début d'un long voyage vers le sud
Credit: Insectarium de Montréal (André Payette)

Chaque année, en septembre, les visiteurs sont conviés à assister à l'étiquetage et à la relâche des papillons monarques. Pour ces insectes migrateurs, c'est le début d'un long voyage vers le sud.

Le monarque, un voyageur exceptionnel

L'emblème de l'Insectarium de Montréal, le monarque (Danaus plexippus plexippus), est l'un des papillons nord-américains les mieux connus. Facilement reconnaissable, cet insecte aux ailes orange nervurées de noir compte parmi les plus grands papillons diurnes de notre continent. Il est également l'objet d'un important programme de recherche international, le programme Monarch Watch, supporté par le Canada, les États-Unis et le Mexique.

La migration annuelle du monarque est la plus longue jamais observée chez un insecte. Elle révèle les performances physiques extraordinaires de cet animal qui pèse moins d'un demi-gramme. En effet, son exode d'automne amène le papillon jusque dans les hautes montagnes du Mexique, c'est-à-dire à environ 4 000 km du Québec. Le monarque réalise son odyssée en deux mois et demi environ, en parcourant 80 à 120 km par jour.

Nous connaissons maintenant les points de départ et d'arrivée de cette longue migration, mais nous ignorons toujours comment le monarque se rend d'un point à l'autre. Comment s'oriente-il? Comment transmet-il l'information et le « plan de vol » d'une génération à l'autre? C'est pour répondre à ces questions que le programme Monarch Watch a été créé.

Le programme Monarch Watch

Piloté par le département d'entomologie de l'université du Kansas, aux États-Unis, ce vaste programme comprend deux volets : l'étiquetage et l'observation des monarques. L'étiquetage consiste à coller sur l'aile du papillon un numéro d'identification. Ce numéro correspond à une fiche où toutes les données sont compilées (sexe, date et lieu de relâche, etc.). On peut ainsi suivre de près le déplacement des monarques, identifier leurs couloirs de migration et leurs aires de repos. L'observation est réalisée par des volontaires qui se placent sur les couloirs de migration et rapportent des données telles la force du vent et le nombre de papillons observés.

La participation de l'Insectarium de Montréal

Depuis 1994, l'Insectarium de Montréal collabore à ce programme en étiquetant et relâchant, à la fin de l'été, environ 400 monarques élevés en captivité. L'étude particulière du comportement des monarques québécois est importante puisque le Québec se trouve à l'extrême nord de leur aire de répartition. La population est invitée à assister à cette relâche à la fin août et début septembre à l'Insectarium de Montréal.

Les écoles peuvent aussi participer au programme Monarque sans frontière en élevant en classe des chenilles de monarque.

Add this

Partager cette page