Menu global

Pollution

Français
Morpho polyphemus. De par leur sensibilité aux conditions de l’environnement, les papillons sont des témoins privilégiés de l’état de santé de nos milieux de vie.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)

La pollution implique l’introduction de substances nocives (produits chimiques, tels que les métaux lourds, les pesticides, les produits organiques industriels, etc.) ou de facteurs physiques néfastes (lumière, bruits) pour l’environnement. Les agents polluants peuvent être nocifs à la fois pour les espèces, les écosystèmes et les humains.

Des impacts dramatiques

Les produits toxiques peuvent causer la mort ou affecter la capacité des espèces à se reproduire. Les substances qui s’accumulent dans les tissus d’organismes vivants touchent les espèces en haut des chaînes alimentaires beaucoup plus que celles se trouvant plus bas, aboutissant à une forte mortalité parmi les grands prédateurs et à un déséquilibre de toute la chaîne.

Les engrais utilisés en agriculture (particulièrement l’azote) et les phosphates des détergents peuvent avoir des impacts dramatiques sur la biodiversité des régions avoisinantes ou en aval (par exemple, les explosions de populations d’algues qui créent des zones mortes dans les lacs et les océans).

Au Canada, l’intervention des gouvernements provinciaux et fédéral dans le contrôle de la pollution a abouti à des réductions considérables de nombreux agents polluants au cours des dernières décennies. Par contre, ce n’est pas le cas dans beaucoup de pays en développement. Ceux-ci doivent être encouragés à s’attaquer efficacement à leurs problèmes de pollution mais il revient aussi aux pays développés de les appuyer dans ces efforts par des mesures et des actions concrètes, prises à tous les niveaux des gouvernements centraux aux individus motivés. Une approche coopérative similaire entre les nations développées et en développement est également essentielle dans la question des changements climatiques.

Les textes de cette section proviennent du Centre sur la biodiversité de l'Université de Montréal.