Menu global

Carnet horticole et botanique

Potentiel hydrogène

Français
Bruyère alpine, de la famille des Éricacées, nécessite un sol plus acide
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

Un sol en santé est un sol qui a un pH adéquat. Le pH (potentiel hydrogène) représente la quantité d'ions hydrogène (H+) présents dans le sol. Plus un sol contient d'ions hydrogène, plus il est acide.

On peut connaître avec précision le pH d'un sol en le faisant analyser en laboratoire. On peut également utiliser un pH-mètre ou se procurer une trousse d'analyse de sol chez les détaillants de produits horticoles.

Peu importe la méthode utilisée, le pH est toujours mesuré à l'aide d'une échelle graduée de 0 à 14.

  • pH 0 à 6,9 = sol acide
  • pH 7 = sol neutre
  • pH 7,1 à 14 = sol alcalin

Cette échelle est exponentielle, ce qui signifie que :

  • Un sol ayant un pH de 6 est 10 fois plus acide qu'un sol ayant un pH de 7.
  • Un sol ayant un pH de 5 est 100 fois plus acide qu'un sol ayant un pH de 7.

Le pH affecte la disponibilité des éléments nutritifs. Quand le sol est trop acide ou trop alcalin, les plantes ne peuvent absorber tous les minéraux dont elles ont besoin, même si ceux-ci sont présents dans le sol. Certains éléments, comme l'aluminium, le fer, le zinc et le manganèse peuvent même devenir toxiques. Un pH inadéquat nuit également à la stabilité structurale du sol, favorise les maladies fongiques et représente une menace à la survie de plusieurs organismes bénéfiques.

Quel pH faut-il rechercher?

Le pH optimal varie selon le type de sol et les espèces cultivées. En général, les plantes s'accommodent d'un pH variant entre 6 et 7, mais il y a des exceptions. Les plantes de la famille des Éricacées (rhododendrons, bruyères, andromèdes, etc.) et les hydrangées à fleurs bleues, par exemple, nécessitent un sol plus acide (pH entre 4,5 et 5,5).

Les sols du Québec ont, pour la plupart, tendance à être acides. On retrouve toutefois des sols alcalins dans certains secteurs de l'île de Montréal, de Laval et des environs. Pour connaître avec exactitude le degré d'acidité d'un sol, il faut effectuer une analyse. Les résultats de cette analyse permettent de déterminer les quantités d'amendements à utiliser pour corriger le pH du sol.

L'application régulière de matières organiques sous forme de compost ou de fumier composté permet de régulariser le pH d'un sol. Toutefois, lorsque celui-ci est trop alcalin ou trop acide, il faut avoir recours à d'autres amendements.

Sol trop acide : On corrige un pH trop acide en amendant le sol avec de la chaux ou de la cendre de bois.

Sol trop alcalin ou culture de plantes acidophiles : Les amendements suivants permettent d'acidifier le sol : soufre, sulfate de fer, aiguilles de pin.

Note : Il est toujours préférable d'abaisser ou d'augmenter graduellement le pH plutôt que de faire des changements drastiques qui déséquilibrent la vie biologique du sol et nuisent à sa fertilité. Idéalement, il ne faudrait pas modifier le pH de plus d'une unité par an.