Menu global

Carnet horticole et botanique

Protection hivernale des rosiers

Français
Cône de protection.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Jean-Pierre Bellemare)  

La protection hivernale atténue les variations brusques de température (gel et dégel). Les rosiers indigènes et naturalisés ainsi que la plupart des rosiers arbustifs modernes ne nécessitent aucune protection sauf une bonne couche de neige. Cependant, une protection est essentielle à la survie des rosiers moins rustiques ou greffés (hybrides de thé, floribundas, etc.).

  • Avant d'installer la protection hivernale, rabattre les tiges à 30-35 cm du sol.
  • Éliminer toutes les feuilles et les déchets de taille (ne pas composter).

Buttage

Si la plantation se fait à l’automne, recouvrir de terreau la base des plants rustiques. Le buttage protège du froid automnal et prévient les coups de soleil au printemps. Après les gels printaniers, enlever délicatement le terreau de buttage puis nettoyer délicatement les tiges avec un petit jet d’eau.

Cônes à rosiers

Tailler, effeuiller et butter les plants sur une hauteur de 20-25 cm. Fixer le cône au sol avec une brique ou des crochets. Sous notre climat, l’efficacité des cônes dépend de la couche de neige (40 cm idéalement). 

Toile isolante

Constituée d’une feuille de polymousse recouverte d’une enveloppe de plastique blanc opaque, la toile assure la survie des plants en maintenant une température constante. Elle convient particulièrement bien aux massifs de rosiers, aux rosiers grimpants et aux rosiers sur tiges. Il n’est pas nécessaire de butter les plants ni de les enterrer au préalable.

Installation d’une toile isolante

Effeuiller les rosiers et nettoyer les plates-bandes de toutes les feuilles mortes pour prévenir les maladies fongiques. Construire d’abord une structure de soutien (piquets, clôture à neige). Dérouler la toile et bien fixer le pourtour.

Période favorable

Installer la protection à l’automne (vers le milieu ou la fin de novembre) quand les plants sont dormants après quelques jours de température autour de -5 °C à -10 °C. Retirer la protection au printemps, vers la mi-avril, au dégel du sol.

Rosier grimpant

Effeuiller le rosier et détacher les branches du support. Étendre les branches sur le sol en formant un arc et fixer ensemble. Bâtir une charpente et recouvrir de toile isolante.

Rosiers sur tige

Déterrer l’arbuste avec son panier. Coucher sur le sol et butter les racines. Bâtir une charpente et recouvrir de toile isolante.

Rosiers en pots

Hiverner des rosiers en pots sur le balcon est une opération risquée. La couverture de neige est essentielle à la survie des plantes. Le vent glacial et les variations extrêmes de température (gel et dégel) causent souvent la perte des végétaux non protégés. Si vous n’avez pas le choix, taillez le rosier et enlevez les feuilles. Mettez-le dans une boîte de carton isolée avec du styromousse que vous remplirez de feuilles bien sèches. Placez la boîte contre le mur et couvrez-la de neige, la meilleure protection hivernale.

Enlever les protections hivernales et palisser les rosiers grimpants

Retirez les protections hivernales dès que la température le permet, car les rosiers peuvent souffrir de la chaleur accumulée sous les cônes et les toiles isolantes. De plus, l'humidité peut favoriser le développement de certaines maladies fongiques. Dans la mesure du possible, enlevez-les lors d'une journée nuageuse ou en fin de journée. Les bourgeons ayant passé l'hiver sous une toile protectrice peuvent être brûlés ou desséchés par un changement brusque des conditions climatiques. Gardez vos toiles protectrices à la portée de la main et remettez-les en place en cas de gel tardif.

Attendez quelques jours avant de fixer les rosiers grimpants à leur support. Les tiges seront plus flexibles lorsqu'elles se seront adaptées aux nouvelles conditions climatiques.

Les rosiers sur tige enterrés dans une tranchée durant l'hiver doivent être replantés dès que le sol est suffisamment dégelé. Choisissez un endroit ensoleillé et un sol riche et bien drainé. N'oubliez pas de poser un tuteur du côté des vents dominants.

Taillez vos rosiers une dizaine de jours plus tard. Les bourgeons incapables de résister à la transition auront ainsi le temps de montrer des signes de dépérissement.