Menu global

Carnet horticole et botanique

Rosier 'Montréal'

Français
Le rosier 'Montréal'.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Roméo Meloche)

Fiche technique

Création

M. Jean Gaujard, président
Roseraies Gaujard S.A.
69320 Feyzin, France

Événement

M. Gaujard lui a donné le nom de Montréal pour commémorer la tenue des Floralies Internationales qui ont eu lieu au printemps et à l'été de 1980.

Description

  • Le plant est très vigoureux et possède un port érigé. Les tiges fortes, bien droites, peu épineuses, portent des boutons floraux allongés d'un rose corail. Le feuillage est large et résistant. Les feuilles comptent de 3 à 7 folioles.
  • La fleur est grande, bien formée, pleine, double et légèrement parfumée. Longue à s'ouvrir, elle donne à l'épanouissement une fleur parfaite, rose cuivrée, de 45 pétales. Elle mesure environ 9 cm de diamètre sur 7 cm de hauteur.

Les parents

Le rosier 'Montréal' vient d'un croisement du rosier 'Americana' et du pollen du rosier 'Dora'. Le numéro de marque est 1123.298 du 12 février 1980.

Du rosier 'Québec' au rosier 'Montréal'

Le rosier 'Montréal' est né à la suite de la rencontre de M. Robert Prévost, commissaire général au Tourisme du Québec en France, et de M. Jean Gaujard, horticulteur de renommée internationale et président de la société Roseraies Gaujard S.A.

L'histoire a commencé lorsque M. Prévost a découvert par hasard, à la Délégation générale du Québec à Paris, qu'il existait depuis longtemps, dans le commerce, un rosier portant le nom de 'Québec'.

Après quelques recherches auprès des pépiniéristes de la région parisienne, on lui apprit que la variété 'Québec' avait été créée en 1943 par M. Jean Gaujard de la région lyonnaise.

Ce ne fut pas long pour M. Prévost de retracer M. Gaujard, celui-ci étant un des plus anciens créateurs de rosiers de France dont la réputation dans le monde de l'horticulture est connue de tous.

La première rencontre de mai 1979 eut lieu à Feyzin sur la propriété des Roseraies Gaujard. Au cours de l'entretien, M. Gaujard lui donna un historique de sa famille en commençant par l'aïeul, Pierre Gaujard, qui travailla dans les jardins de Versailles à l'époque de Louis XIV, sous la direction du célèbre dessinateur des jardins et parcs, André Le Nôtre. La tradition horticole s'est perpétuée de père en fils et 1845 voyait la fondation de la roseraie de Feyzin dont l'un des buts était la création de nouvelles variétés de rosiers.

M. Gaujard donna l'explication suivante concernant la création du rosier 'Québec' : « Nous étions en 1943. C'était la guerre. Les Nazis martelaient de leurs bottes le sol de France. Toutes les communications avec l'extérieur étaient coupées. J'avais le sentiment qu'un jour, des régiments de l'Amérique du Nord viendraient participer à la libération de mon pays, et qu'il s'y trouverait des soldats francophones de la vallée du Saint-Laurent. J'ai spontanément appelé ma nouvelle rose 'Québec'. »

Aux États-Unis, les horticulteurs, qui avaient déjà reçu ce rosier et qui étaient dans l'impossibilité de communiquer avec la France afin d'obtenir le nom officiel, lui donnèrent le nom bien français 'Madame Marie Curie'.

Au cours de cette visite, M. Prévost remarqua un rosier qui ne portait qu'un numéro. Il s'enquit auprès de M. Gaujard afin d'obtenir une explication sur ce rosier qui avait attiré son attention et qui ne possédait pas de nom. Après que celui-ci lui eut donné quelques détails sur cette nouvelle création, M. Prévost suggéra à son hôte que cette variété pourrait peut-être porter le nom de 'Floralies de Montréal' pour commémorer cet événement horticole. M. Gaujard accepta la suggestion de M. Prévost, mais demanda qu'elle ne porte qu'un seul nom, celui de 'Montréal'.

Par la suite, M. Prévost rencontra un de ses amis, M. André Boily, qui venait d'être nommé Commissaire aux Floralies Internationales de Montréal, et lui fit part de son projet. Celui-ci l'accueillit avec beaucoup d'enthousiasme. Au printemps 1980, M. Gaujard envoya à la Ville de Montréal 150 rosiers qui furent mis en production dans les serres du Jardin botanique.

On peut maintenant admirer des rosiers 'Montréal' à la Roseraie du Jardin botanique de Montréal.

 

Texte adapté d'un article de Normand Cornellier, Bulletin de la SAJIB, vol. 5, no 4, p. 24-25.