Menu global

Systèmes de support à la vie

Français
Systèmes de support à la vie du Biodôme.
Credit: Biodôme de Montréal

Comment le Biodôme peut-il parvenir à maintenir quatre milieux aux climats différents sous un même toit? À garder en bonne santé, 365 jours par année, des milliers de plantes et d’animaux?

La réponse se trouve d’abord dans les vastes sous-sols du Biodôme, d’où partent des systèmes techniques sophistiqués qui se ramifient discrètement mais très efficacement à travers le sentier des écosystèmes, jusque dans les faux rochers.

Énergie

L'électricité et la chaleur nécessaires aux écosystèmes proviennent du Stade olympique – le Biodôme n'étant pas doté d'une chaufferie particulière. En cas d'interruption du courant, une génératrice d'urgence intervient. Tout est mis en oeuvre pour que l'équipement soit le moins énergivore possible, pour des raisons environnementales et économiques évidentes.

Éclairage

Bien que le toit du Biodôme soit percé de 58 lanterneaux, la lumière au « sol » est beaucoup plus faible qu'en milieu naturel – surtout dans le cas de la forêt tropicale humide. Or, la lumière est indispensable à la croissance végétale et au maintien des rythmes naturels des animaux et des végétaux.

Les écosystèmes sont donc munis de systèmes d'éclairage d'appoint, contrôlés par ordinateur (via des senseurs) de façon à offrir la quantité et la qualité de lumière requises. Dans la forêt tropicale humide, par exemple, la photopériode suit celle du Costa Rica, et la combinaison de diverses longueurs d'ondes permet de recréer levers et couchers de soleil.

Surveillance et contrôle

Un système de contrôle informatisé permet en permanence de :

  • surveiller les conditions du Biodôme;
  • modifier à distance chaque composante des systèmes techniques;
  • coordonner le déclenchement de fonctions automatiques, telles que l'arrosage et la brumisation.

Ce système est conçu de façon à ce que la défaillance d'une des constituantes ne mette pas en péril l'ensemble des installations. Par ailleurs, plusieurs opérations demeurent sous contrôle manuel.

Hydraulique

Le système hydraulique du Biodôme constitue un système de support du vivant de première importance. Plus de 4 millions de litres d'eau y circulent – eaux douces ou salées, chaudes, tièdes ou glaciales... C'est ce qu'il faudrait pour remplir 140 piscines de 6 m de diamètre.

Toute cette eau est fabriquée et traitée sur place : provenant de l'aqueduc municipal, l'eau est mise en réserve pour que le chlore s'en évapore.

L'eau subit ensuite diverses opérations de filtration mécanique et/ou biologique (bactéries « nettoyante ») et/ou de purification à l'ozone ou aux rayons ultra-violets.

Enfin, elle est déminéralisée par « osmose inversée », ce qui évite l'accumulation de dépôts calcaires dans les fins tuyaux distribuant l'eau et l'humidité à travers les écosystèmes.

Les eaux sanitaires sont traitées par un sous-système distinct.

Le saviez-vous?

  • La plomberie des bassins est faite de plastique pour protéger les organismes de toute émanation toxique.
  • Pompes et filtres renouvellent les eaux au rythme élevé que requiert le support d'organismes aquatiques, soit huit fois plus vite que dans une piscine familiale.
  • Divers mécanismes recréent les mouvements de marée et les ondulations des plantes aquatiques dans le golfe du Saint-Laurent.
  • Le grand bassin du golfe du Saint-Laurent contient 2,5 millions de litres d'« eau de mer », constamment filtrée au cours d'un cycle d'une durée totale de 90 minutes, faisant intervenir six filtres d'un diamètre de 3,7 m!
  • Le cours d'eau de la forêt tropicale humide est formé en réalité de bassins distincts.
  • La plupart des plans d'eau disposent d'un réseau de circulation spécifique (en boucle et intégrant un processus de nettoyage), ce qui permet leur entretien ponctuel et évite la propagation de toute contamination aux autres bassins.