Menu global

Carnet horticole et botanique

Taille des conifères

Français
Épinette de Norvège (Picea abies)
Credit: Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)

La taille des conifères se limite généralement à la suppression du bois mort, malade ou endommagé. Elle peut également être utilisée pour densifier leur feuillage, tout en respectant leur port naturel. Contrairement aux feuillus, les conifères ne produisent pas facilement de nouvelles pousses sur le vieux bois. Il faut donc éviter de tailler dans du bois âgé de plus de deux ans. Seuls l’if (Taxus spp.) et la pruche (Tsuga spp.) tolèrent les tailles plus sévères.

Conifères à développement étagé

Épinette (Picea spp.), pin (Pinus spp.), sapin (Abies spp.)

Les conifères à développement étagé doivent être taillés à la fin du printemps, avant que les aiguilles des nouvelles pousses (chandelles) ne se déploient. Il s’agit de couper entre le tiers et les deux tiers des chandelles avec un sécateur à main.

Si la taille est pratiquée après le déploiement des aiguilles, il y aura jaunissement des extrémités.

Taille des conifères à développement étagé

Conifères à croissance continue

Cèdre (Thuja spp.), faux-cyprès (Chamaecyparis spp.), genévrier (Juniperus spp.), if (Taxus spp.), mélèze (Larix spp.), microbioata (Microbiota decussata), pruche (Tsuga spp.)

La taille des conifères à croissance continue se pratique lorsque la croissance des nouvelles pousses est presque terminée, soit vers la fin du mois de juin. Elle peut se poursuivre jusqu’au début du mois de septembre, mais il faut éviter les périodes de grande chaleur et de sécheresse.

La taille consiste à éliminer entre le tiers et les deux tiers des nouvelles pousses à l’aide d’un sécateur à main.

Taille des conifères à croissance continue

Taille de la flèche terminale

Il ne faut jamais couper la flèche terminale d’un conifère à développement étagé, sous peine de détruire son port naturel et d’affaiblir sa structure. Lorsqu’il y a double flèche, il faut conserver uniquement celle qui est la plus verticale par rapport au tronc.

Les conifères à écailles, tels que les cèdres, les genévriers et les faux-cyprès, ont souvent plusieurs flèches terminales plus ou moins vigoureuses. Il faut conserver la plus forte et éliminer les autres.

Les flèches endommagées ou brisées doivent être remplacées par une branche latérale vigoureuse et bien orientée. La technique est la même que pour les arbres feuillus.