Blogue

Cinq espèces animales à découvrir cet été au Québec

Grenouille verte
Credit: Biodôme de Montréal (Sophie Gallais, ACA)
Green frog
  • Green frog
  • Two-lined salamander
  • Monarch
  • Turkey vulture
  • Beaver
Cinq espèces animales à découvrir cet été au Québec

L’été, c’est dehors que ça se passe ! Avez-vous déjà remarqué que la nature est partout? Pour s’en rendre compte, il suffit de mettre nos sens en éveil et de porter attention à ce qui nous entoure. Au printemps, le parfum agréable des lilas est attirant pour nous ainsi que pour plein d’insectes, qui polliniseront ces fleurs. Les avez-vous déjà remarqués ?

Il faut utiliser tous les indices que la nature nous offre pour mieux découvrir les êtres vivants qui s’y trouvent. Voici donc mes astuces d’observateur pour explorer la faune cet été au Québec.

  1. Le monarque. L’environnement compte pour beaucoup dans la recherche d’une espèce. Pour observer ce papillon, on doit trouver son habitat ! On risque donc de le rencontrer dans un beau champ fleuri, exposé au soleil, où poussent des plants d’asclépiades. Cette plante est l'hôte de la chenille du monarque. On pourra l’observer en regardant attentivement sous les feuilles. La chenille est immanquable avec ses rayures noires, blanches et jaunes. À proximité, la présence de fleur à nectar maintient la présence des monarques adultes sous la forme de papillons. Lors de grands vents, remarquez la maîtrise de leur vol, que l’on qualifie de lent, mais puissant. Notez vos observations sur le site de Mission monarque, un programme de science participative qui documente le succès reproducteur du monarque.
  2. La grenouille verte. Le meilleur truc pour détecter et reconnaître cette grosse grenouille est par son chant. Le son qu’elle émet fait penser à une note jouée par la corde d’un banjo. La grenouille verte se tient habituellement dans les eaux peu profondes en bordure d’un plan d’eau où les plantes aquatiques sont abondantes. On cherchera à repérer de gros yeux émergeant de l’eau à travers la végétation aquatique. La grenouille évite d’exposer entièrement son corps dans le but de protéger sa peau de la sécheresse. Pour bien l'observer, il faut approcher du bord de l’eau très doucement, idéalement en position accroupie pour éviter de faire une ombre sur l’eau. Fondez-vous dans le décor, restez immobile, regardez et… écoutez !
  3. L’urubu à tête rouge. Le plus simple est de lever la tête et de regarder le ciel ! Par une journée ensoleillée, une masse de chaleur se forme à la surface des grandes étendues des champs et provoque la formation de courants d’air ascendants. Ces courants d’air sont souvent utilisés par les urubus à tête rouge pour prendre de l’altitude et pour se déplacer sur de longues distances. Le même principe s’applique pour les îlots de chaleur en ville. On reconnaît facilement l’urubu à la forme de ses ailes qu'il porte en “V” lorsqu’il plane.
  4. Le castor du Canada. Moins facile qu’il n’y paraît de voir ce mammifère en pleine action. Il faut d'abord repérer un site prometteur. Lors d’une randonnée, soyez attentif pour repérer le travail du castor. La présence d’un barrage ou d’une hutte au milieu d’un étang est un bon indice. Observez attentivement les bordures d’un plan d’eau pour trouver la présence de jeunes arbres. Ce sont probablement de jeunes peupliers faux-trembles dont se nourrit le castor. Avez-vous remarqué des troncs qui auraient été rongés ? L’idée est de revenir au même endroit à la tombée du jour, peut-être une à deux heures avant l’obscurité. Regardez sur le plan d’eau, soyez attentif et appréciez de voir nager le castor en milieu naturel.
  5. La salamandre à deux lignes. Il faut fouiller pour trouver cet animal fouisseur. Regardez sous les roches et les troncs qui sont au sol. Soulevez-les pour voir ce qui se trouve en dessous. Plusieurs arthropodes comme les centipèdes et les millipèdes s’y cachent. Vous y verrez des fourmis par milliers et parfois des coléoptères intriguants comme les carabes. Avec un peu de chance, vous tomberez sur le « gros lot » : une salamandre à deux lignes ! Ce petit amphibien à longue queue est particulièrement présent dans les environnements humides. Retournez les roches et les troncs qui sont couverts de mousse et près des cours d’eau pour maximiser vos chances.

Observer la nature est à la portée de tous. Toutefois, cette opportunité vient avec une grande responsabilité : celle de prendre soin du vivant. Dans vos agissements, soyez délicat et respectueux de la nature. Évitez de tout piétiner, remettez en place les objets qui auront été déplacés et surtout, restez à distance.
Les grands scientifiques vous le diront, les plus belles observations se réalisent quand les animaux ignorent qu’on les observe ! La qualité d’un bon naturaliste est de savoir observer sans déranger.

Bonnes observations!

Pour en savoir plus :
Atlas des amphibiens et reptiles du Québec
Atlas des oiseaux nicheurs du Québec

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous