Blogue

De belles rencontres au jardin

Coleomegilla maculata
Credit: Guillaume Dury
Coleomegilla maculata
  • Coleomegilla maculata
  • Coccinella septempunctata / Coccinelle à sept points
  • Carabus syriacus syriacus / Carabe
  • Larve de coccinelle mangeant un puceron
  • Hemaris thysbe / Sphinx colibri
De belles rencontres au jardin

L’un des grands plaisirs d’aménager un jardin ou un potager est de pouvoir observer de très près la vie qui s’y déploie sous ses formes les plus diverses. Voici quelques belles rencontres qu’il est possible d’y faire avec des représentants du monde fascinant des insectes.

Alligators miniatures

Si les coccinelles, familièrement appelées « bêtes à bon Dieu », sont bien connues au stade adulte, il en va autrement de leurs larves, qui sont souvent prises à tort pour des ravageurs. Avec leur corps allongé, orné de taches ou de rayures vivement colorées et muni de tubercules ou d’épines, ces dernières ressemblent souvent à des alligators miniatures ! Comme les adultes, les larves sont de redoutables prédatrices de pucerons. Alors si votre plante est infestée, ouvrez l’œil. Les coccinelles sont probablement à l’œuvre !

Cachettes à carabes

C’est souvent en soulevant un pot ou en déplaçant une pierre qu’on fait connaissance avec le carabe. La rencontre est généralement brève, les longues pattes du coléoptère lui permettant de nous fausser compagnie rapidement. Habituellement nocturnes, les carabes se cachent sous des roches, des débris végétaux, des pots ou d’autres abris pendant la journée. Ils possèdent un corps allongé, généralement de couleur sombre, de longues antennes effilées et de puissantes mandibules. Ces insectes, qui chassent surtout au sol, sont de précieux alliés au jardin. Limaces, vers gris et chenilles font partie de leur menu. Leurs larves sont aussi d’actives prédatrices. Lorsqu’ils se sentent menacés, les carabes peuvent émettre, par des glandes situées sur leur abdomen, un composé chimique de défense à l’odeur désagréable.

Colibri ou bourdon ?

Quel est ce curieux animal qui butine les fleurs de votre monarde en faisant du surplace ? On dirait un colibri ou même un gros bourdon… Non, c’est un papillon : le sphinx colibri ! Grâce à ses battements d’ailes très rapides (on entend même un bourdonnement), ce magnifique lépidoptère effectue un vol stationnaire lorsqu’il se nourrit, à la manière d’un oiseau-mouche. Avec sa longue trompe (proboscis), il peut aspirer le nectar de fleurs à corolle profonde. Il visite notamment les lilas, les monardes, les phlox, les asclépiades, les centaurées, les arbustes aux papillons et les rhododendrons. La chenille solitaire s’alimente quant à elle sur plusieurs feuillus, dont les viornes, les chèvrefeuilles, les aubépines, les pruniers et les cerisiers. Contrairement à la majorité des autres sphingides, le sphinx colibri est diurne. Il est possible d’observer cet étonnant papillon de mai à la mi-août environ.

Pour en savoir plus :

Insectes et autres arthropodes, Insectarium de Montréal : http://espacepourlavie.ca/insectes-et-autres-arthropodes

Découvrez des conseils d’horticulture, de jardinage, et de botanique
Abonnez-vous à l'infolettre Mon jardin

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous