Blogue

L’alose termine sa migration… au Biodôme!

Capture de l'alose.
Credit: © Biodôme de Montréal
Catching shad © Biodôme de Montréal
L’alose termine sa migration… au Biodôme!

Le mois de mai, c’est le temps des lilas en fleurs et des pissenlits. À la centrale hydroélectrique de la Rivière-des-Prairies, la température de l’eau vient d’atteindre 11 °C et voilà qu’enfin, l’alose savoureuse (Alosa sapidissima) se pointe… Pour de nombreux inconditionnels de la pêche, l’arrivée de ce poisson est une occasion rêvée de se mesurer à de grands voyageurs!

D’où vient-elle?

L’alose savoureuse fait partie d’une espèce de la famille des harengs. Ce sont de gros poissons, dont la taille peut atteindre une soixantaine de centimètres. Alosa sapidissimase retrouve sur toute la côte est du Canada et des États-Unis. Grande migratrice, elle commence son périple dans la mer, pour ensuite remonter le fleuve Saint-Laurent jusqu’au barrage Carillon, sur la rivière des Mille-Îles, ou jusqu’au barrage Pie-IX, sur la Rivière-des-Prairies. Ce long trajet a un but très précis : la reproduction! Les aloses migrant dans le fleuve Saint-Laurent constituent une des rares populations à se reproduire plusieurs fois, contrairement aux autres populations, dont les individus meurent peu après la reproduction. La température plus froide de nos eaux favoriserait ce phénomène.

Pourquoi pas!

L’équipe du Biodôme responsable de l’écosystème du Golfe du Saint-Laurent tente constamment de présenter aux visiteurs des organismes vivants spectaculaires qui font partie intégrante de la biodiversité de notre fleuve. C’est justement pendant une journée de pêche à l’alose entre amis que l’idée a jailli : « Mais, attends un peu… Pourquoi ne pas présenter l’alose au Biodôme »? Capturer ce poisson est une chose; le transporter, l’acclimater à la captivité et ensuite vous le présenter en pleine santé en est une autre! La fragilité de cette espèce est légendaire.

Défi accepté!

C’est donc équipé de nos « bottes à cuisse », de notre bassin portatif modifié et de notre bonne volonté que nous décidons de tenter le coup, un beau matin de mai. Notre mission : capturer dix aloses et les transporter jusqu’aux bassins d’acclimatation du Biodôme, pour les mettre en quarantaine. Le plan de match est simple : des pêcheurs, qui ont accepté de donner un coup de main, vont ferrer les poissons et nous allons les capturer dans une civière en toile afin de conserver leur mucus et leurs écailles si fragiles. Ensuite, direction Biodôme! À chaque étape, nous devons faire preuve d’une grande capacité d’adaptation, car ce sont les aloses qui dictent si elles sont confortables ou non, pas nous! Ce poisson est si fragile que même une mince défaillance de l’équipement ou encore un environnement inadéquat ont un effet immédiat sur sa santé.

Question de bouche

Malgré tout, le transfert se fait bien. La question qui se pose ensuite : les aloses vont-elles s’alimenter? Après un bon mois de quarantaine et une fois le groupe d’aloses stabilisé, nous essayons tant bien que mal de les nourrir, mais… aucun intérêt! C’est en examinant l’intérieur de leur bouche que nous en comprenons la raison : les morceaux de nourriture sont trop gros! Juste devant leurs branchies, les aloses ont des sortes de peignes qui servent à capter et à filtrer les petits organismes formant le plancton. Constatation faite, nous adaptons la nourriture et elles mangent, enfin! Nous pouvons maintenant commencer à croire que c’est possible!

Venez et… vous verrez!

Les aloses ont été récemment transférées dans leur nouvel environnement, le grand bassin du golfe du Saint-Laurent. Si vous voulez voir évoluer ce magnifique poisson, venez le découvrir au Biodôme, l’une des très rares institutions en Amérique à le présenter. Nous voulons remercier tous les pêcheurs et membres de la Confrérie de l’alose pour leur enthousiasme et leur aide dans la réalisation de ce projet. Sans eux, rien de tout cela n’aurait été possible. Prochain rendez-vous? Mai 2014! Nous recommencerons l’expérience, afin d’accroître le banc d’aloses du Biodôme. C’est alors que nous pourrons vraiment dire : mission accomplie!

Vous souhaitez vous impliquer?
Abonnez-vous à l'infolettre À nous d'agir

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Gabriel Dancause
Gabriel Dancause

Très bon texte. J'ai appris quelques trucs, et d'ailleurs, j'ai lu au complet, et c'est plutôt rare que je fasse ça. Je ne connaissais pas les aloses, ni les « bottes à cuisse » en fait. :-)

Beau travail.

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous