Blogue

L’effet papillon du choix des semences

Diversifier vos semences, c’est augmenter votre résilience.
Credit: Espace pour la vie (Francis Cardinal)
Diversifier vos semences, c’est augmenter votre résilience.
  • Diversifier vos semences, c’est augmenter votre résilience.
  • L’éclairage naturel aux abords des fenêtres est trop souvent insuffisant pour des semis de qualité. Bien s’équiper peut représenter un investissement pour des jardiniers actifs.
  • Un système d’éclairage pourra servir à démarrer des semis pour des récoltes successives. Ici, des légumes feuilles en vue de la fin de saison, direction couche froide.
  • Rien de mieux que les rayons du soleil. Prenez soin d’acclimater vos semis graduellement et de surveiller la température.
L’effet papillon du choix des semences

Cette théorie, souvent mal interprétée, proposée par le scientifique américain Edward Norton Lorenz pose la célèbre question suivante : le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? C’est en fait peu probable.

Mais à plus petite échelle, le choix de nos semences peut influencer l’état de son jardin une fois la belle saison installée. Que l’on parle d’effet papillon, boule de neige ou domino ou mieux, de cercle vertueux, le choix de nos semences influence l'aspect et le rôle que peut jouer notre jardin une fois la belle saison installée.

Les impacts du choix de nos semences

L’achat et le choix de semences peuvent sembler anodins pour certains, mais ces actes sont à la base d’une série d’événements qui influenceront le rôle écologique de votre jardin.

Évidemment, un jardin représente beaucoup plus qu’un garde-manger ou une œuvre d’art: c’est aussi un écosystème qui, très souvent, favorise la biodiversité. Selon le second rôle que vous lui conférerez, votre jardin pourrait avoir une vocation nourricière, être un havre pour les oiseaux ou la biodiversité ou même devenir une oasis pour les papillons monarques.

Par la suite, encourager des semenciers d’ici, c’est d’abord supporter l’économie locale qui contribue à pérenniser la transmission d’une expertise. C’est un acte complice à la protection du patrimoine génétique des semences locales.

Finalement, choisir des semences d’ici contribue à lutter contre des monopoles et dire non à certaines entreprises qui favorisent la sélection artificielle des semences en vue de l’exportation (via une meilleure conservation) au détriment de la valeur nutritive et gustative. Pourquoi pensez-vous que vos propres tomates se conservent moins longtemps, mais goûtent rudement meilleures que celles achetées dans les grandes surfaces?

Protéger nos semences

Au même titre que toute l’énergie investie pour protéger le panda ou l’ours blanc, sans doute devrions-nous collectivement prendre part à la protection de nos semences... Un exemple de leur importance: des ressources importantes ont été investies afin de conserver toutes les graines de la planète à la Réserve mondiale de semences du Svalbard, en Norvège. Certains la comparent même à l’arche de Noé des semences!

Quand doit-on exactement démarrer ses semis?

Cela varie selon votre expérience, le climat, l’éclairage et les semences choisies. Dans bien des cas, il vaut mieux se contenir et semer plus tardivement que trop tôt. En effet, des semis étiolés par manque de lumière seront beaucoup plus fragiles et vulnérables. Si toutefois vous disposez d’un éclairage adapté, il est recommandé de commencer tôt les semis pour certaines plantes.

Sinon, pourquoi ne pas profiter de la saison froide pour vous renseigner et vous équiper en éclairage afin de produire vos propres semis?

L’expérimentation au cœur des apprentissages

Comme le dit l’adage, la sagesse est une graine qui se récolte auprès des vieillards. Ici, la sagesse représente le savoir-faire et les vieillards représentent la littérature et la communauté. Développez vos connaissances en expérimentant et en échangeant avec votre entourage.

Engouement sans précédent

Faites vite pour commander vos semences, car le marché du jardinage est en forte demande. La crise sanitaire engendrée par le coronavirus n’a fait qu'exacerber l’engouement pour l’autonomie alimentaire.

Produire vos propres semences : la cerise sur le sundae

Ultimement, produire ses propres semences représente beaucoup d’avantages. Bien évidemment on sauve de l’argent et on soustrait les impacts de la chaîne d’approvisionnement. De plus, en récoltant soi-même ses semences, on peut potentiellement sélectionner celles qui offrent la meilleure adaptabilité à nos propres conditions de cultures.

Encore faut-il savoir comment faire !

Embarquer avec nous dans l’effet boule de neige au lieu de finir en bonhomme

Pour en savoir plus

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de Nathalie Beneteau
Nathalie Beneteau

Super intéressant.

Portrait de Nathalie Beneteau
Nathalie Beneteau

Super intéressant.

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous