Blogue

La protection d’une espèce à pas de tortue

Dix des 40 bébés tortues des bois, transférées au Biodôme en septembre 2018, peu après leur éclosion dans les laboratoire du MFFP. À ce stade, les tortues sont gardées en groupes d'environ 10 individus, mais elles sont séparées quotidiennement pour permettre une bonne alimentation sans compétition intraspécifique. Nourries de vers-de-terre coupés en petits morceaux à volonté, l'objectif est d'encourager une croissance optimale.
Credit: Biodôme de Montréal (Linda Paetow)
Dix des 40 bébés tortues des bois
  • Dix des 40 bébés tortues des bois
  • Vue rapprochée d'une des tortues visibles dans la Photo 1
  • Une des 52 tortues des bois élevées au Biodôme et relâchées dans la nature depuis 2016.
  • Les relâches ont lieu après une courte période d'acclimatation au nouvel environnement, pendant laquelle les tortues sont protégées des prédateurs et des humains.
  • Une tortue des bois adulte sauvage, capturée pour examen et installation d'un émetteur. Le
La protection d’une espèce à pas de tortue

La tortue des bois (Glyptemys insculpta) est désignée espèce vulnérable au Québec. Les principales menaces pour sa survie sont la dégradation et la destruction de son habitat, la mortalité accidentelle sur la route, la destruction des nids par des prédateurs et leur capture à des fins de collection et de commerce. Depuis 2014, Espace pour la vie et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) collaborent sur un plan de rétablissement de l’espèce.

Bijou de la nature

Au Québec, on compte neuf espèces de tortues dont huit d'eau douce et une tortue de mer. Parmi elles figure la jolie tortue des bois, pertinemment nommée pour sa carapace brunâtre dont les écussons forment des anneaux de croissance au fil des ans. Pouvant atteindre jusqu’à 24 cm, la tortue possède une partie ventrale ornée d’orange, de jaune et de noir. Elle compte certainement parmi les bijoux de la nature! Elle a un mode de vie plutôt terrestre et est plus omnivore que les autres espèces. Habitant les rivières sinueuses et leurs pourtours, sa malheureuse répartition restreinte et fragmentée la rend vulnérable à de multiples menaces liées aux activités humaines. Heureusement, les tortues sauvages du Québec sont protégées contre la chasse, la capture, la garde en captivité et la vente, en vertu de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.

Rien de grand ne s’est accompli sans passion (Hegel)

Mais depuis 2014, Espace pour la vie et le MFFP franchissent conjointement un pas de plus pour la conservation de l’espèce. Dans le but d’augmenter le faible taux de survie de cette tortue durant sa première année, le MFFP collecte des œufs pondus et les incube de façon artificielle en laboratoire. Peu après l’éclosion, les minuscules bébés sont transférés au Biodôme pour bénéficier d’un nourrissage à la main et d’un suivi vétérinaire pendant un à deux ans, soit le temps d’atteindre un poids de 260 g. Les tortues sont micropucées avant d’être relâchées près de leur site de ponte. On installe sur certaines d’entre elles un télé-émetteur sur leur carapace pour permettre l’évaluation des résultats de ces efforts.

Malgré les risques que les tortues deviennent imprégnées de l’humain, qu’elles ne reconnaissent pas et ne fuient pas leurs prédateurs ou qu’elles ne réussissent pas à survivre aux conditions brusques de leur premier hiver qu’elles subiront pour la première fois, tout indique un fort taux de survie dans les années suivant leur libération. Selon Odile Colin, technicienne en soins animaliers, qui a peaufiné le protocole d'élevage au Biodôme, une soixantaine de jeunes tortues ont déjà été relâchées dans des milieux naturels. En septembre 2019, le Biodôme prévoit de recevoir un nouveau groupe de 42 nouveau-nés. Point de repos pour les passionnés des tortues!

Vous aussi, vous aimeriez participer aux projets de recherche sur l'herpétofaune locale (faune composée par les amphibiens et les reptiles? Informez-vous sur le programme de conservation de l’Atlas des Amphibiens et Reptiles du Québec et partagez vos observations!

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de marie lussier timperley
marie lussier t...

J'habite dans le canton de Potton où l'on rencontre des tortues parfois grosses comme une assiette à dîner, habituellement près de la rivière Missisquoi. Je ne sais pas si ce sont des tortues de terre mais on a l'habitude de faire attention à certains endroits où elles ont tendance à circuler sur la chaussée de terre ou d'asphalte. Les connaissez-vous? Si vous voulez les voir, je me ferai un plaisir de vous indiquer où elles se tiennent ...

Logo
Espace pour la vie

Bonjour Marie,

Merci beaucoup de votre intérêt.

Nous avons transmis votre question à Linda Paetow, auteure de ce blogue et voici sa réponse : "Ayant 8 espèces de tortues d'eau douce au Québec, il est difficile pour moi d'être certaine de mon identification sans photos. Par contre, j'ose imaginer qu'il s'agit de tortues serpentines femelles, qui sortent de l'eau durant l'été pour trouver un beau site de ponte. Pour le confirmer, envoyez-moi une photo (nous allons vous envoyer un courriel avec le contact de Linda Paetow), ou encore, visitez la page Web sur les tortues de l'Atlas des amphibiens et reptiles du Québec: http://www.atlasamphibiensreptiles.qc.ca/wp/tortues/".

Au plaisir,

L'équipe du blogue

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous