Blogue

Le festival des couleurs : unique et époustouflant !

Couleurs d'automne © Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)
Le festival des couleurs : unique et époustouflant !

Chaque automne, le festival des couleurs nous dévoile un spectacle naturel où les forêts explosent de mille et une teintes. On y retrouve des paysages uniques qu’on ne voit à peu près nulle part dans le monde, sauf ici dans les régions méridionales du Québec et dans l’ensemble du nord-est de l’Amérique du Nord. C’est un harmonieux mélange d'espèces d’arbres qui permet de créer ces tableaux et qui rend nos forêts si spectaculaires.

Les coloris ICI …

Au Québec, la diversité naturelle d’espèces d’arbres d’essence feuillue est d’abord dominée par l’érable à sucre qui devient couleur rouge feu à l’automne, ainsi que l’érable rouge et le frêne américain dont les feuilles virent au pourpre à la mi-septembre. Par ailleurs, plusieurs autres espèces compagnes se colorent en jaune, telles que le bouleau à papier, le bouleau jaune et le hêtre à grandes feuilles. Un peu plus au Nord, le mariage de ces feuillus avec des conifères (sapins et épinettes) crée des taches de vert qui constituent une toile tout aussi extraordinaire.

Les coloris AILLEURS…

Dans les pays tempérés d’Europe, d’Asie ou de l’hémisphère sud, l’automne ne se caractérise pas par une telle effervescence de couleurs.  Ainsi, la forêt de nos cousins français a été davantage façonnée par l'action de l'homme à travers le temps. Par conséquent, elle y est aujourd’hui moins diversifiée et beaucoup plus «aménagée».   

Il en résulte de très beaux bois avec des arbres plus grands, mieux espacés et davantage entretenus, toutefois de moins belles forêts naturelles. Et lorsque l’automne se manifeste, le paysage offre un camaïeu de jaune orchestré par la présence de hêtres, de chênes et de châtaigniers, certes joli, mais moins surprenant que nos forêts québécoises.

La BEAUTÉ des coloris et de la biodiversité

Le parallèle entre la beauté des paysages naturels et la diversité des espèces qui la composent est ici frappant.  Pourtant, la beauté est rarement évoquée comme raison pour préserver la biodiversité.  On préfère souvent utiliser des raisons plus rationnelles pour démontrer l’importance de la biodiversité,  comme si la beauté du monde ne pouvait à elle seule être un argument suffisant pour en prendre soin et la protéger. Et pourtant, c’est la beauté de la nature qui nous fait vibrer et nous procure les plus grands sentiments d’extase.  Ces sentiments que l’on éprouve chaque fois que l’on est exposé à la beauté sauvage de la nature, que ce soit en plongée sous-marine, en gravissant les montagnes ou en marchant en forêt. La protection de la biodiversité nous garantit que nos enfants et nos petits-enfants pourront eux aussi jouir du spectacle des coloris d’automne et apprécier les paysages sauvages que la nature aura dessinés ici et ailleurs.  Puisse-t-il en être ainsi. J’imagine que c’est ce qu’on veut dire lorsque l’on chante : « Ne tuons pas la beauté du monde ».  

Vous avez des questions par rapport à ce blogue?
Consultez notre Carnet horticole et botanique ou, présentez-vous au comptoir des renseignements horticoles du Jardin botanique pour un service personnalisé. Un de nos experts se fera un plaisir de vous donner plus d’informations.

Découvrez des conseils d’horticulture, de jardinage, et de botanique
Abonnez-vous à l'infolettre Mon jardin

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :